Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020245
ETANGS DES COMMUNAUX

(n° régional : 50174044)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Les étangs des Communaux sont localisés sur les plateaux et massifs prévosgiens appartenant à la région naturelle dite " plateau des Mille Etangs ", aux confins de la Franche-Comté. La délimitation de la zone englobe un ensemble d'étangs oligotrophes ou mésotrophes à berges plus ou moins tourbeuses en lien avec un système de ruisseaux de tête de bassin. Les groupements forestiers attenants sont constitués d'une hêtraie-sapinière acidiphile à luzule blanchâtre et de quelques plantations d'épicéas.

Les étangs des Communaux se distinguent par leur intérêt botanique : la flore aquatique est représentée par des communautés à rubanier à feuilles étroites, à nénuphar nain (deux espèces protégées en Franche-Comté) et des colonies d'utriculaires flottantes. L'altitude, le climat froid et très humide, le substratum géologique cristallin associé aux placages glaciaires plutôt imperméables, la nature acide des eaux de ruissellement et des précipitations ainsi que le relief peu accidenté sont autant de conditions favorables à la formation de tourbières dans ce secteur. Divers cas se présentent selon le type d'alimentation hydrique : accumulation et stagnation d'eau dans un point bas topographique, ruissellement le long d'une pente douce, radeau flottant à la surface d'un étang. Dans plus de la moitié des cas, les tourbières des Vosges comtoises sont nées à partir d'un radeau, comme sur ce site où les queues et berges sont colonisées par des tourbières tremblantes acidiclines et des communautés à rhynchospore blanc. Des associations d'utriculaires fixées se développent dans quelques gouilles peu profondes. Si l'alimentation en eau intervient latéralement dans la genèse, les apports météoriques (précipitations) peuvent s'y ajouter ou s'y substituer totalement ensuite. Ces biotopes marécageux sont localement colonisés par des fourrés de saules et de bourdaine.

Ces milieux sont caractérisés par la présence de sphaignes et d'un cortège riche en plantes rares inféodées à cet environnement original et contraignant. Trois espèces protégées au plan national sont recensées dans les secteurs tourbeux : le rossolis à feuilles rondes, la scheuchzérie des marais et l'utriculaire jaune pâle. Cette dernière n'est connue en France que dans le massif des Vosges. On note enfin la présence de la canneberge, petite espèce de myrtille menacée et du séneçon hercynien, assez rare en Franche-Comté, qui participe généralement aux mégaphorbiaies d'altitude.

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est incluse dans le site Natura 2000 " Plateau des Mille Etangs ". En outre, la présence de plantes protégées citées dans les arrêtés ministériels des 20/01/82 et 22/06/92 confère indirectement un statut de protection au milieu puisque tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu de vie est interdit.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les tourbières de Haute-Saône s'étendent sur moins de 250 hectares pour une centaine de sites. Ces réservoirs de biodiversité assurent également des fonctions de régulation hydrique (" rôle d'éponge ") et d'épuration des eaux. Au vu de sa valeur et de la rareté des habitats représentés, la sauvegarde de cette zone est prioritaire, ce qui implique le maintien de la fonctionnalité hydrologique et des conditions oligotrophes. Toute opération de drainage ou d'assainissement est donc à proscrire au sein de la zone et aux alentours.

Les étangs des Communaux présentent un état de conservation satisfaisant. Ils font cependant l'objet d'aménagements divers pour la pêche et les loisirs. La végétation riveraine est parfois fauchée pour permettre l'accès des berges aux pêcheurs. Il convient de tenir compte de la grande fragilité des secteurs tourbeux et d'être vigilant quant à l'artificialisation des abords. La poursuite d'une pisciculture extensive est donc à encourager. L'enrichissement en éléments nutritifs serait notamment préjudiciable au maintien du cortège floristique typique. Le rubanier à feuilles étroites, par exemple, est très sensible à l'eutrophisation de ses biotopes.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible