Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020275
LE BIEF SALÉ

(n° régional : 34000013)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le secteur situé au nord de Poligny, en bordure orientale de la Bresse jurassienne, montre un relief assez doux, dans un paysage où alternent prairies, cultures et boisements. De nombreux ruisseaux appartenant au réseau hydrographique de l’Orain traversent cette zone, dont le Bief Salé. Du point de vue géologique, différentes formations imperméables affleurent en amont : alluvions récentes argileuses dans les vallées, ou marnes du Keuper recouvertes d’argiles d’altération. Le ruisseau draine un secteur essentiellement agricole composé de cultures et de prairies intensives. Quelques prairies humides encore bien préservées subsistent vers le bois de la Vervette ; elles recèlent tout un cortège de plantes adaptées à ces conditions, dont l’une est protégée dans la région.

 

La zone du Bief Salé est constituée du tronçon amont du ruisseau, englobant le lit mineur proprement dit, ainsi qu’une portion du lit majeur, essentiellement colonisée par une forêt humide de type aulnaie-frênaie. L'ombrage engendré par la ripisylve n'est pas favorable au développement des groupements aquatiques ou amphibies. Il faut toutefois souligner la présence de la scrofulaire auriculée, plante peu courante en Franche-Comté.

 

La Franche-Comté montre une grande richesse en cours d'eau, dont la diversité répond à celle des situations physiques qu’elle offre. Selon la nature géologique du sous-sol, la topographie, la climatologie et la couverture végétale, on peut ainsi établir une typologie des cours d'eau et définir une zonation amont-aval à laquelle correspondent des peuplements distincts.

 

Le Bief Salé présente une pente générale forte (au moins 6 %). Ce type de ruisseau de tête de bassin se caractérise par des fonds grossiers et des eaux froides dont la qualité devrait être optimale, c'est-à-dire fraîches et oxygénées, pauvres en éléments nutritifs et non polluées. Dans ce cas, les cours d'eau abritent tout un cortège d'espèces indicatrices, qui y trouvent des zones de frayères, comme la lamproie de Planer, le chabot, la truite fario ou encore les larves de salamandre et le sonneur à ventre jaune. Ils sont également riches d'une faune invertébrée variée et très sensible aux pollutions diverses : écrevisses à pattes blanches, certains genres ou familles de perles (Perlidae, Perlodidae, Chloroperlidae…), d’éphémères (Epeorus, Habrophlebia) et de trichoptères (Odontoceridae, Brachycentridae…). Le principal intérêt de cette zone est d'abriter une population d'écrevisses à pattes blanches.

 

STATUT DE PROTECTION

Un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope en date du 1/07/2009 assure la protection réglementaire des habitats de l’écrevisse à pattes blanches et des espèces de faune et de flore patrimoniales associées. En outre, la présence de plusieurs espèces citées dans les arrêtés ministériels des 8/12/88, 21/07/83, 22/06/92 et 19/11/07 assure la protection de cette zone puisque tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu de vie est interdit.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les cours d’eau de tête de bassin comme le Bief Salé font partie de ces écosystèmes remarquables qui se sont considérablement raréfiés en Franche-Comté de sorte qu'il n'en subsiste qu'un peu plus d’une centaine aujourd'hui. Leur bon état de conservation est lié à la nature du bassin versant. Ils sont particulièrement fragiles et sensibles à toute dégradation : d’une manière générale, ils font trop souvent l'objet de pollutions chimiques ou organiques diffuses, de travaux anarchiques tantôt dans le lit mineur (creusement, calibrage ou élargissement) ou en bordure immédiate (réalisation d'étangs, captage d'eau, aménagement de piste ou de chemin revêtu ou non d'un émulsion), de braconnage et d'alevinages intempestifs (notamment en espèces non indigènes) ou encore d'agressions diverses dues à l'exploitation sylvicole et agricole intensives sur le bassin versant. Dans le cas du Bief Salé, le contexte actuel ne semble donc guère favorable au maintien d'une qualité de l'eau optimale pour l'écrevisse à pattes blanches.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible