Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020299
LE CRÊT MONNIOT

(n° régional : 46000056)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans la région naturelle des seconds plateaux jurassiens, le site du Crêt Monniot comprend deux unités topographiques : à l'est-nord-est, un relief relativement pentu s'articule autour du sommet du Crêt Monniot lui-même (culminant à 1141 mètres). Au sud-ouest, les formes sont adoucies, parfois même quasiment inexistantes sur le plateau marquant la limite sud du site (vers le lieu-dit « les Fonges »).

 

Sur le plan géologique, le site occupe le sommet d'un anticlinal appartenant au faisceau salinois. Celui-ci, formant la première structure plissée à l’ouest de la Haute-Chaîne, correspond au front de chevauchement entre les plateaux de Levier et d’Ornans, ce qui explique la création d’un relief vigoureux dominant largement les plateaux voisins. Le substrat géologique affleurant est constitué de calcaires, marnes et marno-calcaires du Jurassique moyen à supérieur (faciès Callovien, Oxfordien, Argovien et Rauracien). Les sols présentent toute la gamme d'évolution sur substrat calcaire : rendzines, sols bruns calcaires, bruns calciques (dominants) et bruns acides. Le climat qui règne sur ce site est caractérisé par une forte pluviométrie en toutes saisons (1500 à 2000 millimètres annuellement), un hiver rigoureux et un ensoleillement médiocre. Ces caractéristiques géologiques, topographiques et climatiques sont à l’origine des particularités écologiques qui font tout l’intérêt du site.

 

La végétation forestière potentielle de cette zone entièrement située à l'étage montagnard supérieur (au-dessus de 900 mètres) est la hêtraie-sapinière. Si celle-ci est bien représentée sur les versants nord et sud de l’anticlinal, la partie sommitale, qui reste en grande partie exploitée par l’agriculture, présente une physionomie ouverte à semi-ouverte. Ce site est riche de toute une gamme d’habitats humides à secs, se répartissant selon les conditions de relief et de substrat : bas-marais alcalins, mégaphorbiaies et prairies humides eutrophes, mais aussi pelouses méso-xéroclines calcicoles ou acidiphiles, ourlets forestiers thermophiles, pour les secteurs les plus secs, et encore mégaphorbiaies montagnardes. Cependant, la végétation relève principalement de prairies fauchées à euphorbe verruqueuse et avoine dorée. Cette association est localisée à l’étage montagnard dans le massif du Jura, où elle est relativement abondante et typique au-dessus de 800 mètres. La sous-association à knautie de Godet que l’on trouve ici est endémique du Doubs. Aux lieux-dits les « Prés des Creux » et la « Combette Bailly », un paysage de prés-bois prédomine.

 

En lien avec cette diversité d’habitats, quatre plantes remarquables ont été relevées sur cette zone, les trois premières étant protégées dans la région : la gentiane de Koch, liée aux pelouses acidiphiles montagnardes, dont la présence témoigne de phénomènes de décalcification en surface ; la gesse à feuilles différentes, qui se trouve dans les ourlets thermophiles et mésoxérophiles, autour des buissons ou dans les pelouses sèches abandonnées et dont le pôle de répartition dans le massif jurassien se situe dans le Haut-Doubs ; enfin, la grassette commune est inféodée aux bas-marais. La knautie de Godet, quant à elle, est une plante des prairies et pâturages humides montagnards.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Vallée de la Loue ». En outre, la présence de plantes protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 22/06/92).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Ce site revêt un grand intérêt pour la conservation des habitats mésotrophes caractéristiques des systèmes agropastoraux de montagne. Ceux-ci tendent à disparaître au profit de prairies fauchées eutrophes exploitées de façon intensive : il convient donc d’encourager la poursuite des pratiques agricoles actuelles (limitation de la fertilisation) et de conserver la mosaïque d’habitats représentative de cette zone.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible