Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020342
CÔTES D'ANDELARRE ET ANDELARROT

(n° régional : 44000025)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans la partie septentrionale des plateaux calcaires centraux de Haute-Saône, les Côtes d'Andelarre et d'Andelarrot englobent un vaste ensemble de groupements herbacés plutôt secs occupant un coteau orienté à l'est et au sud-est. Cette zone se démarque au sein d'un paysage dominé par des cultures intensives. Sur les hauteurs, elle est en grande partie ceinturée par des boisements de feuillus (hêtraie neutrophile à aspérule essentiellement) et des plantations.

La Côte montre une grande variété de milieux secs en mosaïque allant de la pelouse écorchée aux faciès d'embuissonnement. Les pelouses sont des formations herbacées plutôt basses, installées sur des sols superficiels à squelettiques, aux réserves en eau réduites et dont le degré nutritif est plutôt faible, dans des sites bien ensoleillés. Dans cette zone, la pelouse calcicole mésoxérophile (sèche à très sèche) à brome dressé et fétuque de Léman est largement représentée. Des affleurements rocheux localisés sont colonisés par une flore rase très spécialisée. De nombreux murgers, pierriers et haies sont également visibles. Quelques parcelles en bas de pente, aux sols plus profonds, sont occupées par des pâturages mésophiles à ray-grass et crételle.

Ces conditions contraignantes sélectionnent une flore typique, riche en espèces d'affinité méditerranéenne, et incluant de nombreuses plantes rares, dont le trèfle strié, protégé dans la région. A noter également la présence d'une espèce adventice exceptionnelle pour la région : la crételle hérissée.

Par ailleurs, divers faciès d'enfrichement (buissons, bosquets et ourlets thermophiles), restant toutefois localisés, témoignent d'une dynamique de recolonisation de la forêt de plateau.

A ces milieux imbriqués en mosaïque est associée une faune typique. Plusieurs oiseaux peu communs nichent sur cette zone, dont certains présentent des densités élevées : le torcol fourmilier, l'alouette lulu, la pie-grièche écorcheur et l'engoulevent d'Europe. Divers reptiles fréquentent cet ensemble, comme le lézard vert, qui recherche un compromis subtil entre chaleur élevée et humidité moyenne (fournie par les buissons). Ce type de milieu est particulièrement favorable aux insectes (papillons, sauterelles et criquets). Avec 29 espèces, le cortège de papillons de jour est bien diversifié et comprend des espèces originales : le damier de la succise (protégé en France), la virgule, le moiré franconien et l'agreste. Ce dernier, en déclin dans la moitié nord de la France, est hautement prioritaire en Franche-Comté, où moins de dix stations contemporaines sont connues.

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est partiellement incluse dans le site Natura 2000 " Pelouses vésuliennes et vallée de la Colombine ". En outre, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 29/09/09, 22/06/92, 23/04/07 et 19/11/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Au vu de l'originalité du cortège de papillons en place, il importe de préserver ce site. De plus, il participe à un réseau de pelouses sèches propice à des échanges entre populations à l'échelle de la région vésulienne. Toutefois, en l'absence d'entretien, l'évolution de ces milieux semi-naturels tend vers une reconquête par des broussailles. Si le pâturage ovin dont cette zone fait l'objet garantit un certain maintien de l'ouverture du milieu, il convient toutefois d'être vigilant quant à une éventuelle intensification sur les terrains les plus accessibles : tout enrichissement en nutriments occasionnerait une baisse de la richesse floristique. Par ailleurs, divers faciès d'embroussaillement affectent les secteurs en voie d'abandon. En conséquence, la gestion devrait viser à maintenir des pelouses ouvertes ponctuées de buissons et à préserver les éléments structurants du paysage, à savoir un beau maillage de haies et murgers. Ces conditions sont essentielles pour conserver une biodiversité élevée.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible