Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020353
VALLEE DU BREUCHIN ENTRE AMAGE ET FAUCOGNEY

(n° régional : 50168008)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le Breuchin prend naissance sur le plateau des « Mille étangs ». Ce petit torrent alimenté par plusieurs affluents devient rapidement une rivière abondante, qui se jette dans la Lanterne après un parcours de 45 kilomètres. Entre Faucogney et Amage, le lit majeur s’élargit au sein d’une vallée en forme d’auge glaciaire. L’espace de liberté du cours d’eau y est bien préservé ; à l'aval de Faucogney, le Breuchin se divise en plusieurs bras dont l'intérêt écologique est très affirmé.

 

Sur ce tronçon, le lit majeur est occupé par des formations herbacées diversifiées, se répartissant selon la micro-topographie (degré d’engorgement et d’inondabilité) et les usages agricoles : prairies oligotrophes acidiphiles à jonc aggloméré et scorsonère, groupements humides eutrophes à jonc à fleurs aiguës et à crételle ou à patience crépue et vulpin, ou encore prairies de fauche à alchémille jaune-vert et fromental sur des terrains plus élevés. En cas d’abandon, les secteurs humides évoluent vers des mégaphorbiaies (formations de hautes herbes) à crépide des marais. Des roselières, cariçaies à laîche aiguë et groupements à jonc diffus apparaissent ponctuellement. Les forêts riveraines (aulnaies et saulaies à saule blanc) forment des galeries installées sur les alluvions siliceuses. Par ailleurs, cette zone recèle l’une des deux stations régionales de Coscinodon cribosus, d’où un intérêt botanique marqué ; cette mousse, qui se développe sur des rochers schisteux ensoleillés, est très rare en plaine.

 

Le Breuchin est une des plus belles rivières à ombre de l'est de la France. Sur ce tronçon, la qualité des eaux est optimale (classe 1A). Le cortège piscicole comprend les espèces typiques de ces eaux fraîches, claires et non polluées : en plus de l’ombre, on recense ainsi le chabot, le blageon et la truite fario sauvage. Pour cette dernière, les nombreux systèmes latéraux représentent des lieux de reproduction privilégiés. En outre, les secteurs herbacés longuement inondables constituent des frayères à brochet potentielles.

 

Cette zone se démarque également par son intérêt ornithologique : elle abrite en effet une belle population de tarier des prés, passereau en régression en plaine. Les densités maximales sont parmi les plus fortes relevées en France à basse altitude. Ces oiseaux sont de bons indicateurs de l’état écologique des prairies.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 29/10/09 et 8/12/88).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

Ce vaste ensemble de zones humides joue le rôle d’un espace tampon dans la plaine alluviale, assurant des fonctions d’amélioration de la qualité de l’eau, de régulation du débit et de limitation de l’érosion.

 

La gestion traditionnelle (fauche et pâturage extensif) a contribué à créer une mosaïque d’habitats semi-naturels riches et diversifiés. La conservation durable de la zone est liée au bon fonctionnement hydrologique et à l’intégrité des milieux :

- préservation de la dynamique du cours d'eau et des habitats naturels en évitant toute opération d’assainissement, de drainage des sols, de curage ou de rectification ;

- poursuite de pratiques agricoles respectueuses de la qualité des milieux (maintien de la vocation prairiale en zone inondable, diminution des intrants, retard de fauche). Cependant, de nombreuses cultures s’étendent en périphérie immédiate, surtout en aval ;

- entretien ou restauration des frayères à truite ;

- enfin, des désordres apparaissent dans les équilibres hydrodynamiques et la stabilité des lits, suite à l'abandon d’ouvrages dont certains constituent des obstacles infranchissables pour les poissons.

 

Compte-tenu de la fidélité du tarier des prés aux sites de reproduction, l'effort de conservation devrait passer par la mise en place de mesures incitatives agri-environnementales.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible