Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020400
AUX LÈVRES ET SUR LE MOULIN

(n° régional : 43489079)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Au sud du département du Jura, la région naturelle de la Petite Montagne se situe entre la plaine de Bresse et le cours de l’Ain. Ce territoire est ainsi dénommé d’après la fréquence des reliefs tourmentés. La structure géologique est constituée de trois faisceaux associés à deux étroites bandes de plateaux, ce qui se traduit par une alternance de crêtes et de dépressions orientées globalement nord-sud.

A l’ouest de Marangea, la zone Aux Lèvres et sur le Moulin, traversée par la RD 170, constitue un bel ensemble de milieux contrastés, à topographie variée : elle comprend des pelouses sèches au nord (lieu-dit Aux Lèvres), mais l’essentiel de la zone est constitué d’une belle superficie de prairies humides et de formations plus marécageuses. Celles-ci sont traversées par des petits ruisseaux bordés de haies riveraines humides (ruisseau de Barésia notamment). Les milieux humides sont rares en Petite Montagne, ce qui rehausse l’intérêt écologique de cette zone. Dans ce secteur, le substrat géologique calcaire sous-jacent est recouvert de placages morainiques d’origine glaciaire. Il en résulte des conditions plus ou moins imperméables, favorables au développement d’un chevelu hydrographique et de zones humides. Ces petits cours d’eau de tête de bassin correspondent à la zone à truites.

Au nord, au lieu-dit Aux Lèvres, le substrat calcaire affleure localement et conditionne l’installation d’une pelouse calcicole mésoxérophile à phalangère ramifiée. En Franche-Comté, ce type de pelouse collinéenne est caractéristique des rebords extérieurs de la chaîne du Jura et de la Petite Montagne. Ces milieux sont soumis à des conditions drastiques : sol superficiel à squelettique, relative pauvreté en éléments nutritifs, réserves en eau limitées, fort ensoleillement. L’évolution naturelle tend vers une recolonisation par les ligneux, ce qui se traduit par la présence de faciès d’ourlets et de buissons. La flore associée à ces milieux est riche en éléments d’affinité méditerranéenne. L’aster amelle, protégé en France, est notamment signalé ; cette plante est caractéristique des ourlets thermophiles externes. Son principal pôle de répartition dans la région se trouve en Petite Montagne.

A ces habitats structurés de façon hétérogène est associée une faune typique. La juxtaposition de milieux humides et plus secs confère à ce site un intérêt entomologique marqué. Si la richesse du cortège de papillons de jour reste moyenne (une dizaine de taxons), deux espèces protégées en France ont toutefois été recensées : la bacchante, inféodée aux lisières sèches riches en végétation herbacée haute, ainsi que le damier de la succise, typique des formations marnicoles où pousse la succise des prés, plante-hôte de ses chenilles.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Petite Montagne du Jura ». En outre, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 20/01/82 et 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

D’une manière générale, les pelouses sont des milieux semi-naturels relictuels et en régression. Globalement, ces habitats présentent encore un bon état de conservation en Petite Montagne, mais la déprise agricole et l’abandon se traduisent par un enfrichement progressif. Ainsi, le maintien de pratiques agro-pastorales extensives est à même d’assurer la conservation de ces milieux et est donc à encourager.

Les cours d’eau de tête de bassin sont particulièrement fragiles et sensibles à toute pollution. La qualité de leurs eaux est tributaire du bon état du bassin versant et de l’absence de risques avérés. Il convient notamment d’éviter toute intensification des prairies avoisinantes (risque de pollution par lessivage et ruissellement).

Cette zone fait partie intégrante d’un réseau autorisant des échanges entre populations : cette notion de corridor écologique est primordiale pour la conservation (des papillons notamment).

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible