Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020428
BOIS ET FALAISE DE LA GOUILLE NOIRE ET DU BOIS DU SERPENT

(n° régional : 36087016)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans sa moyenne vallée, la Loue incise profondément les plateaux calcaires ondulés du Jurassique. Depuis Ornans, dans une vallée un peu élargie, elle décrit des méandres bordés de longues corniches. Les rives abruptes révèlent les successions de couches géologiques calcaires du Jurassique moyen, surplombées par la série marno-calcaire de la base du Jurassique supérieur et quelques buttes-témoins du Rauracien. A Lizine, la zone du bois et de la falaise de la Gouille Noire et du bois du Serpent comprend à la fois le vallon encaissé d’un petit affluent de la Loue (le ruisseau de Malans) et le coteau d'ubac surplombant la Loue au lieu-dit le Bois des Serpents. Depuis le belvédère de la Gouille Noire, non loin de la confluence Loue-Lison, le panorama sur l’ensemble de la vallée est remarquable.

Le site est intégralement boisé, si l’on excepte le ruisseau proprement dit et les parois rocheuses. Trois principaux types de forêts se répartissent selon la topographie et l’exposition :

des hêtraies chaudes, présentant plusieurs faciès, dont l’un thermophile à chêne pubescent avec un sous-étage de buis très dense ;

une hêtraie à tilleul froide à mésotherme, sur pente souvent forte en ubac ou fond de reculée, sur éboulis fins à moyens ;

une érablière froide à scolopendre, sur des blocs grossiers et instables, située sous la falaise du Bois des Serpents. Elle abrite une fougère protégée en Franche-Comté, le polystic à soies. Cette plante est commune sur la façade atlantique, mais se raréfie vers l’est, d’où l’intérêt de cette localité. Dans la région, cette fougère forestière recherche les stations de moyenne altitude à hygrométrie élevée ;

enfin, une chênaie-charmaie neutrophile est également présente en retrait des corniches, mais sous une forme peu typique.

Les parois rocheuses hébergent une végétation très spécialisée, inféodée aux parois humides et suintantes ou sèches selon les cas ; elle reste toutefois fragmentaire sur ce site.

En tête de bassin, les ruisseaux de montagne comme celui de Malans se caractérisent par des eaux froides dont la qualité devrait être optimale, c'est-à-dire fraîches et oxygénées, pauvres en éléments nutritifs et non polluées. Dans ce cas, les cours d'eau de ce type abritent tout un cortège d'espèces indicatrices sensibles aux pollutions.

Enfin, la falaise constitue le biotope de prédilection d’oiseaux rupestres tels que le hibou grand-duc, qui en est l'hôte le plus remarquable et emblématique.

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 « Vallée de la Loue ». Un projet d’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope concerne une partie du site, en vue de la protection réglementaire des habitats des oiseaux rupestres. En outre, la présence d’une plante protégée confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 22/06/92). Enfin, ce secteur fait partie du site inscrit « Haute et Moyenne Vallée de la Loue » au titre de la loi de 1930.

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Du fait de son inaccessibilité, ce site semble peu menacé à l'heure actuelle. Toutefois, en cas d’intervention sylvicole, et compte tenu de la présence du polystic à soies, des dispositions ponctuelles seraient à prendre afin d’assurer la préservation de l’espèce.

Le ruisseau de Malans fait partie de ces écosystèmes remarquables qui se sont considérablement raréfiés en Franche-Comté de sorte qu'il n'en subsiste qu'un peu plus d’une centaine aujourd'hui. D’une manière générale, ces cours d’eau de tête de bassin font trop souvent l'objet de pollutions chimiques ou organiques diffuses (d’origine parfois lointaine dans ces systèmes karstiques), de travaux anarchiques dans le lit mineur ou en bordure immédiate, de braconnage et d'alevinages intempestifs ou encore d'agressions diverses sur le bassin versant.

Par ailleurs, il convient d'éviter tout dérangement aux oiseaux rupestres afin de leur assurer la plus grande tranquillité lors de la période de nidification.

Les buis sont fortement impactés par la pyrale qui fait de gros dégâts (plus de feuilles sur les buis en 2018).

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible