Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020475
PÂTURAGES ET PELOUSES DU PRÉ D'AVAL AU PRÉ CURTET

(n° régional : 40034018)

Commentaires généraux

COMMENTAIRE GENERAL

Le Tacon, principal affluent de la Bienne, prend sa source aux Bouchoux, au sud du département du Jura. Ce cours d’eau a incisé le plateau de façon très spectaculaire, formant un canyon d’un remarquable intérêt paysager. Dans cette région, les conditions géomorphologiques (encaissement des vallées, opposition de versants plus ou moins abrupts, contraste entre anciennes vallées glaciaires et plateaux) et géologiques (diversité de nature du substrat calcaire) sont à l’origine d’une grande variété de milieux naturels.

 

Sur le plateau dominant la vallée du Tacon, la zone du Pré d’Aval au Pré Curtet correspond à un bel ensemble de pâturages et de pelouses installé sur un coteau exposé à l’est et au sud-est. Ce site offre toute une diversité de milieux répartis en mosaïque sur de petites surfaces, ce qui lui confère un attrait paysager indéniable : sur un substrat calcaire et localement marneux du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur, des formations de pelouses assez sèches à très sèches alternent avec des prairies montagnardes fauchées ou pâturées, des portions plus enfrichées et même des mégaphorbiaies à reine-des-prés (formations humides de hautes herbes). En outre, la présence de lisières très découpées à l’ouest de la zone en rehausse l’intérêt.

 

Divers groupements de pelouses mésophiles se répartissent selon la nature et l’épaisseur du sol et l’exposition : formations à sainfoin et brome dressé ou à gentiane printanière et brome dressé, à laîche humble et brome dressé, ou encore à danthonie retombante et brachypode penné ou à renoncule des montagnes et agrostide capillaire. Ces deux dernières, à tendance acidicline, apparaissent sur des terrains décalcifiés en en surface. Localement, une pelouse xérophile à globulaires ponctuée et à feuilles en cœur colonise le sol superficiel des dalles rocheuses affleurantes. Cette dernière association, installée en méso-climat plutôt froid, est typique de la région de Saint-Claude. Ces pelouses se sont installées à la faveur de facteurs particuliers : sols superficiels à squelettiques, relative pauvreté en éléments nutritifs, réserves en eau assez limitées, ensoleillement important. Les conditions contraignantes entraînent la sélection d’un cortège floristique typique, riche en éléments d’affinité méditerranéenne.

 

A ces habitats disposés en mosaïque est associée une faune typique, notamment sur le plan entomologique. En particulier, le cortège de papillons de jour est assez diversifié. Bien qu’aucun taxon protégé n’ait été recensé parmi les 24  dénombrés, plusieurs d’entre eux sont peu communs et revêtent un intérêt patrimonial certain. Dans la région, le petit sylvandre affectionne les zones de corniches et les pelouses rocailleuses partiellement boisées. Le cuivré de la verge d’or, en régression en plaine, se trouve quant à lui dans les prairies, clairières et lisières fleuries. Le chiffre, la virgule et l’actéon, peu courants, sont également mentionnés.

 

STATUT DE PROTECTION

La zone est incluse dans le site Natura 2000 « Vallée de la Bienne, du Tacon et du Flumen ».

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

D’une manière générale, les pelouses sèches sont des milieux semi-naturels en régression. L’évolution naturelle en l’absence d’entretien tend vers une recolonisation par les ligneux, ce qui se traduit par la présence de faciès d’ourlets, de buissons et de stades préforestiers. Cette dynamique est contenue sur ce site, soumis à des pratiques de fauche ou de pâturage bovin et équin. L’exploitation agro-pastorale actuelle est bénéfique ; sa poursuite est donc à encourager. Il convient toutefois de conserver des pratiques extensives (limitation des amendements, fauche tardive, chargement modéré), car l’enrichissement en éléments nutritifs entraîne une banalisation des habitats (baisse de la diversité floristique et faunistique, régression des espèces patrimoniales). Une structure associant des milieux ouverts sous forme de clairières herbacées et des lisières progressives est particulièrement favorable sur le plan de la biodiversité.

 

ÉTAT DE CONSERVATION GÉNÉRAL DU SITE (2014)

Globalement, le site présente un très fort intérêt pour les Lépidoptères, les Orthoptères. Trois espèces de papillons protégées au niveau national sont présentes: l'Apollon, la Baccante et le Damier de la Succise et deux criquets déterminants ZNIEFF: l'Oedipode rouge et le Criquet rouge-queue. Les espèces qu'il abrite ont une forte valeur patrimoniale et le site possède une importance particulière pour l'entomofaune de la région. Cette mosaïque de milieux herbacés très secs, secs et humides crée une diversité des biotopes qui est favorable à la richesse de l'entomofaune. La présence de haies et d'une agriculture dans l'ensemble extensive et respectueuse de l'environnement favorise également cette diversité. Pourtant les pelouses très sèches situées dans les zones où le substrat calcaire brut produit des sols superficiels, sont pour la plupart délaissés par l'agriculture et sont progressivement colonisés par les ligneux. A moyen terme, l'enfrichement peut porter atteinte à l'ensemble des espèces patrimoniales détectées, même si pour la Baccante qui est moins sensible, les conséquences ne se feront ressentir que sur le long terme.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible