Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020504
RUISSEAU DE LA SETTIÈRE ET ETANG DE TRÉBIEF

(n° régional : 46000065)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le réseau hydrographique de tête de bassin versant de l’Ain est assez dense dans le secteur de Nozeroy, en lien avec la nature plutôt imperméable du substrat (placages d’origine glaciaire recouvrant les bancs calcaires du Crétacé). Le ruisseau de la Settière se jette dans la Serpentine, principal affluent de l’Ain dans ce secteur.

 

Sur la section en amont de l’étang de Trébief, ce cours d’eau est bordé par toute une mosaïque de milieux. En rive droite, sur le versant assez pentu, les pâturages mésotrophes prédominent. Deux associations sont principalement observées : la forme montagnarde de la pelouse mésophile à sainfoin et brome dressé et le pré calcicole à luzerne lupuline et crételle. Localement, la présence de suintements carbonatés permet le développement d’un bas-marais alcalin relevant de l’association à laîche de Davall, où la molinie bleue est bien représentée. En lien avec la pression zoogène, la physionomie en « marches d’escalier » de ce bas-marais est caractéristique. En rive gauche, la pente plus douce, le substrat paratourbeux et la quasi-absence de gestion agropastorale sont à l’origine de l’expression de cariçaies (formations à fausse laîche aigue) et de mégaphorbiaies mésotrophes (formations humides de hautes herbes, représentées par deux associations, l’une à aconit napel et reine-des-prés, caractéristique des zones humides montagnardes du Jura, l’autre à épilobe hirsute et reine-des-prés). Au sein de la végétation exubérante, on trouve le géranium des marais, protégé dans la région. Ces formations occupent des surfaces notables autour de l’étang de Trébief. Ce plan d’eau présente une végétation aquatique relativement fournie mais peu diversifiée, composée d’herbiers à renouée amphibie et de radeaux flottants à trèfle d’eau. Toutefois, l’intérêt du site se concentre surtout sur les bas-marais alcalins à laîche de Davall ; caractérisés par une grande richesse floristique, ils hébergent des effectifs conséquents de deux espèces protégées en Franche-Comté, à savoir le troscart des marais et la grassette commune (dont les stations ne subsistent plus qu’en montagne dans la région), ainsi que du scirpe pauciflore, disséminé dans le massif jurassien. Ces plantes sont menacées suite aux modifications hydrologiques de leurs habitats. En outre, ce bas-marais se singularise par la présence du trèfle d’eau, peu fréquent dans ce type de formation. Le cortège d'espèces caractéristiques est adapté aux conditions contraignantes de ce milieu original, ce qui confère un grand intérêt botanique à ce site.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place. En revanche, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels du 22/06/92, du 23/04/07, du 19/11/07 et du 29/10/09).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Ce bas-marais est partiellement soumis à une vigoureuse dynamique d’envahissement par le roseau phragmite, espèce sociale qui peut avoir un fort pouvoir colonisateur. De plus, les pratiques d’épandage, en bordure immédiate du ruisseau de la Settière notamment, sont préjudiciables à la flore très spécialisée du bas-marais (qui risquerait d’évoluer vers une végétation plus banale), ainsi qu’au ruisseau lui-même. Ce type de cours d’eau de tête de bassin est en effet particulièrement fragile et sensible. De ce fait, les apports d'engrais, provoquant un enrichissement en éléments nutritifs, sont déconseillés au sein de la zone et dans les prairies environnantes.

 

En outre, pour conserver les potentialités du site, il est essentiel de préserver le fonctionnement hydrologique du marais et les conditions d'humidité permanente. Il convient donc d’éviter toute opération de drainage, d'assainissement, de remblaiement, ou inversement, de creusement de plan d’eau dans l’ensemble de la zone.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible