Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020507
LAPIAZ DES PUISETS

(n° régional : 46000068)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Sur le deuxième plateau du Jura, à Saffloz, au sud de Champagnole, le lapiaz des Puisets est développé dans des calcaires du Séquanien (Jurassique supérieur). Il apparaît comme une vaste table de calcaire dur et nu, ciselée et burinée, entrecoupée de formations ligneuses plus ou moins évoluées. Ce type de morphologie karstique superficielle est le résultat de la dissolution d'un calcaire très pur par des eaux de pluie froides et chargées d'acide carbonique ruisselant à la surface des dalles. La roche est progressivement découpée en sillons, mais conserve sa continuité en tant que bloc calcaire. Elle est constituée de crêtes souvent déchiquetées, de rigoles et de crevasses plus ou moins profondes. Elle est traversée de rigoles (sillons orientés selon la ligne de pente) et de crevasses (ou laizines) plus encaissées qui proviennent de l’approfondissement de ces fissures. Il est dit « ouvert » ou « nu », c'est-à-dire relativement peu colonisé par la végétation, par opposition aux lapiaz couverts en forêt. L'absence ou la superficialité du sol s'explique par une érosion par les glaciers (glaciation du Würm).

 

Le lapiaz des Puisets constitue un complexe de dalles rocheuses, de pelouses, de fruticées et de boisements xérophiles étroitement imbriqués en mosaïque. Outre un intérêt géologique et esthétique évidents, il présente une forte originalité biologique : des espèces inféodées au froid des milieux sub-alpins ou aux chaudes stations méditerranéennes cohabitent ici de façon intime et contrastée. Entre la surface de la roche et le fond des laizines, les plantes xérophiles à hygrosciaphiles se répartissent selon leurs exigences. Dans les crevasses, le sol peut cependant être assez profond, ce qui permet l'installation d'une flore parfois luxuriante tranchant avec la sécheresse extrême de la surface. Une maigre végétation essentiellement constituée de lichens et de mousses colonise la surface du lapiaz. Un groupement de plantes vasculaires très spécialisé apparaît dans les zones où le sol arrive à se reconstituer. Il s'agit d'une pelouse à ail des montagnes et pâturin de Baden, petite graminée pionnière des sols superficiels. Sur les bords du lapiaz proprement dit, une pelouse plus dense à laîche humble et brome dressé s’installe sur sol plus profond ; celle-ci constitue l'habitat privilégié de l'anémone pulsatille. Cette pelouse peut également coloniser quelques crevasses peu profondes, elle abrite alors la violette des rochers, plante rare en Franche-Comté. La fétuque de Patzke, espèce subendémique française, est omniprésente dans ce groupement. Ces habitats sont des refuges pour des espèces méridionales en limite d’aire de répartition. Une association de fougères à tendance hygrosciaphile dominée par la scolopendre se développe sur les parois des diaclases ; elle héberge l'asplénium des fontaines, peu commun dans la région. Les formations de buissons sont dominées par la viorne lantane et l'épine-vinette, typiques des milieux calcaires secs.

 

Ce type de milieu extrême héberge une faune spécialisée. Parmi les Orthoptères (sauterelles et criquets), ce site est potentiellement favorable à des espèces inféodées aux rocailles calcaires ou aux pelouses écorchées.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

L'évolution lente de la végétation ne menace pas ce site à court terme. Par nature, ce milieu est assez stable du fait des conditions écologiques, mais présente une grande fragilité et se révèle sensible aux perturbations. Les remblaiements, dépôts divers, extractions ou essais de plantation sont à exclure impérativement. Il convient également d'éviter les épandages d'engrais sur le plateau : un enrichissement du sol entraînerait la disparition des espèces caractéristiques du site et leur remplacement par une flore plus banale.

 

Un maintien en l'état doit être assuré en surveillant la vitesse d'évolution de la végétation arbustive (suivi par photographies aériennes par exemple).

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible