Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020509
LES GRANDS CURTILS

(n° régional : 41047016)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans le Haut-Jura plissé, le Grandvaux correspond à une vaste étendue déprimée et marquée par l’érosion et les accumulations glaciaires. Cette région comprend un remarquable ensemble de milieux humides (lacs, tourbières et prairies humides) auquel sont juxtaposées des pelouses et prairies montagnardes.

 

Dans un environnement de prairies fauchées ou pâturées, la zone des Grands Curtils comprend deux entités juxtaposées, séparées par un chemin d'exploitation. Chacune d’entre elles présente une végétation bien différente.

 

La partie nord se compose d’une tourbière acide à sphaigne très dégradée où subsistent quelques gouilles peu profondes. Dans le massif du Jura, en altitude, les facteurs climatiques sont propices à l’installation de tourbières. A partir de cuvettes remplies d’eau, les tourbières se forment et évoluent lentement depuis environ 12 000 ans : colonisation de l’eau libre (tremblants) puis atterrissement (bas-marais alcalin). Le développement d’un réseau karstique induit la création d’îlots soustraits à l’influence des eaux carbonatées. Une transition s’opère vers un bas-marais acide, puis vers une tourbière bombée (haut-marais acide). Enfin, comme sur ce site, l’assèchement et l’installation des ligneux marquent le stade ultime. Les conditions particulièrement contraignantes des milieux tourbeux entraînent la sélection d’un cortège floristique original et riche en espèces rares dans la région, telles que le troscart des marais, protégé en Franche-Comté.

 

Au sud du chemin d'exploitation, on trouve une mosaïque de milieux paratourbeux, comportant notamment des moliniaies et des roselières. L’ensemble, dont la végétation est exubérante, est parsemé de buissons et présente de nombreuses gouilles. Un étang aux berges plus ou moins végétalisées s'y trouve également. Le site est parcouru par un ruisseau temporaire.

 

Les surfaces d’eau libre associées à une végétation abondante sont favorables à une faune diversifiée. Parmi les nombreuses libellules, plusieurs espèces sont plus ou moins strictement inféodées aux milieux tourbeux acides, comme la leucorrhine douteuse, l’agrion hasté ou encore le sympétrum noir. Le cuivré écarlate figure parmi les papillons de jour recensés.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 du « Grandvaux ». En outre, la présence d’une plante protégée confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 22/06/92).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les tourbières sont des réservoirs de biodiversité et jouent également un rôle régulateur important dans la circulation des eaux superficielles et souterraines de la région. Toutefois, ces milieux sont particulièrement fragiles et sensibles aux perturbations. C’est le cas de la tourbière au nord du site, qui souffre d'un pâturage trop intensif. Il conviendrait d'éviter l'accès du bétail à cette zone particulière, qui présente encore de fortes potentialités écologiques. La partie sud se trouve dans un meilleur état de conservation. Toutefois, sa faible superficie rend les populations de libellules relativement fragiles. Pour l'ensemble du site, il est nécessaire de conserver les micro-milieux aquatiques existants. Un rajeunissement des gouilles tourbeuses serait même à préconiser, afin de favoriser les espèces liées aux stades actifs des tourbières (telles que la leucorrhine douteuse). L'étang et ses berges, où ont été observées la plupart des libellules recensées, sont à maintenir en l'état. Toute opération d'empoissonnement est notamment à proscrire, les larves de ces insectes étant particulièrement sensibles à la prédation.

 

D’une manière générale, plusieurs mesures sont à préconiser pour ces zones humides :

- éviter toute opération visant à modifier et perturber l'équilibre hydrodynamique (drainage, trous, remblais) ;

- favoriser la mise en œuvre de pratiques pastorales extensives en périphérie ;

- assurer la protection des tourbières.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible