Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020516
EN GIGARD ET SUR LA CROIX

(n° régional : 40047028)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Dans le Haut-Jura plissé, le Grandvaux correspond à une vaste étendue déprimée et marquée par l’érosion et les accumulations glaciaires. Cette région naturelle comprend un remarquable ensemble de milieux humides (lacs, tourbières et prairies humides) auquel sont juxtaposées des pelouses et prairies montagnardes. Dans le sud de cette région, la zone « En Gigard et Sur la Croix » correspond à un bel ensemble d'habitats contrastés (secs et humides), le tout s’insérant dans un contexte de pâturages mésophiles.

 

Localement, des habitats secs apparaissent à la faveur de conditions particulières : pelouses xérophiles (très sèches) montagnardes à laser siler et genêt poilu (sur substrat calcaire très drainant) et formations acidiphiles à nard raide (sur sol décalcifié suite au ruissellement et au lessivage).

 

La majeure partie de la zone est occupée par un complexe de milieux humides disposés en mosaïque : habitats tourbeux (haut-marais actif à un stade évolué, bas-marais secondaire à laîche arrondie, pessière sur tourbe), mégaphorbiaies à aconit napel et reine-des-prés, prairies humides paratourbeuses oligotrophes à trolle d’Europe et molinie ou méso-eutrophes à trolle et cirse des ruisseaux ou encore cariçaies à laîche à bec, roselières à massette et saulaies arbustives. Des prairies montagnardes fauchées à euphorbe verruqueuse et avoine dorée viennent compléter la gamme de ces habitats d’un grand intérêt écologique.

 

Dans le massif du Jura, en altitude, les facteurs climatiques sont propices à l’installation de tourbières. A partir de cuvettes remplies d’eau, les tourbières se forment et évoluent lentement depuis environ 12 000 ans : colonisation de l’eau libre (tremblants) puis atterrissement (bas-marais alcalin). Le développement d’un réseau karstique induit la création d’îlots soustraits à l’influence des eaux carbonatées. Les sphaignes s’installent sous forme de coussins, contribuant à l’acidification du milieu. Une transition s’opère vers un bas-marais acide, puis vers une tourbière bombée (haut-marais acide). Enfin, l’assèchement et l’installation des ligneux marquent le stade ultime, comme c’est le cas sur une portion de ce site.

 

Les conditions particulièrement contraignantes des milieux tourbeux entraînent la sélection d’un cortège floristique original, riche en espèces rares, comme l’andromède à feuilles de polium, strictement inféodée aux tourbières acides et protégée en France.

 

Ces biotopes étroitement juxtaposés sont également très favorables à l’accueil d’une faune remarquable. Les insectes sont bien représentés : papillons diurnes liés aux milieux tourbeux ou évoluant dans les prairies et formations herbacées fleuries, libellules dans les gouilles tourbeuses.

 

STATUT DE PROTECTION

Cette zone est incluse dans le réseau Natura 2000 du « Grandvaux ». En outre, la présence d’une plante protégée confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêté ministériel du 20/01/82).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les tourbières sont des réservoirs de biodiversité et jouent un rôle régulateur important dans la circulation des eaux superficielles et souterraines de la région. Toutefois, ces milieux sont particulièrement fragiles et sensibles aux perturbations.

 

Actuellement, ce site présente un bon état de conservation général et ne nécessite pas de mesure de gestion particulière. Cependant, il est impératif d’éviter toute opération qui pourrait modifier et perturber l'équilibre hydrodynamique des milieux humides (drainage, trous, remblais). L'élevage est l'activité majoritaire sur la zone. La poursuite de pratiques agro-pastorales extensives est à encourager, et ce, tout particulièrement en périphérie des zones humides, afin de ne pas compromettre le maintien des habitats tourbeux et paratourbeux et leur fonctionnalité écologique. A ce titre, les mégaphorbiaies bordant les tourbières jouent le rôle d’une bande tampon et doivent donc être préservées.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible