Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020519
PÂTURE DES IRS

(n° régional : 46000069)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Sur le plateau de Champagnole, entre Mont-sur-Monnet et Loulle, la Pâture des Irs se démarque nettement dans un environnement de prairies fauchées et pâturées assez intensifiées, de boisements de feuillus et de plantations. Dans ce contexte, cette zone de pelouses sèches, complètement enclavée dans le bois des Comberaux, présente une physionomie caractéristique, avec des formations herbacées rases ou plus hautes entrecoupées de secteurs rocailleux, de dalles calcaires horizontales, de buissons et bosquets. Ce type de végétation, complètement relictuel sur ce plateau, est installé sur des calcaires massifs du Kimméridgien (Jurassique supérieur).

 

Plusieurs facteurs conditionnent l’installation de pelouses sur ce site : sols superficiels à squelettiques, réserves en eau limitées, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. Diverses associations se répartissent en mosaïque selon l’épaisseur du sol et la nature du substrat. Le groupement dominant se caractérise par son caractère acidicline, comme en atteste la présence des genêts d’Allemagne et des teinturiers, de la callune, de la tormentille ou encore de la bétoine officinale. Leur présence témoigne de phénomènes de décalcification en surface. La filipendule commune, assez abondante dans cette zone, apparaît dans des secteurs où le terrain est plus épais. Sur sol plus superficiel, on trouve une pelouse mésoxérophile se rapprochant de l’association à laîche humble et brome dressé, dont la pulsatille commune est caractéristique. Cette espèce se raréfie dans la région. Les affleurements rocheux, quant à eux, sont colonisés par un groupement pionnier à ail des montagnes où la fétuque de Patzke, subendémique française, est bien représentée. Enfin, la présence localisée de quelques espèces pouvant supporter des variations d’humidité importantes au cours de l’année témoigne du caractère localement marnicole du substrat : molinie bleue, gentiane d’Allemagne, bourdaine, saules. Quoique caractéristique, le cortège floristique ne révèle pas d’espèce protégée.

 

La dynamique naturelle d’évolution de ces milieux en l’absence d’entretien, comme c’est le cas sur ce site, tend vers une recolonisation par la forêt, ce qui se traduit par la présence de divers stades d’enfrichement : ourlets thermophiles externes, fourrés (genévrier, prunellier), et faciès préforestiers.

 

Ces habitats très fleuris et structurés de façon hétérogène sont favorables à l’accueil d’une faune typique, parmi les insectes (en particulier les papillons de jour, les sauterelles et les criquets), reptiles et oiseaux pour lesquels ils constituent des zones refuges. Ces milieux sont potentiellement favorables à une grande diversité d’espèces thermophiles.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l’espace n’a été mise en place.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

D’une manière générale, les pelouses sont des milieux semi-naturels en régression. Le plus souvent, comme sur ce site, les menaces sont liées à la déprise agricole et à l’abandon. Il s’ensuit une évolution progressive vers la fruticée et la forêt. C’est notamment le cas en périphérie du site, avec une progression des ligneux vers le centre. Les plages ouvertes restent encore assez vastes, toutefois il conviendrait de surveiller l’évolution de la fermeture du milieu et de programmer des travaux de débroussaillage sélectif, le cas échéant. Une structure semi-ouverte (pelouses ponctuées de buissons avec un taux d’enfrichement n’excédant pas 25 %) et des lisières hétérogènes s’avèrent les plus favorables sur le plan de la biodiversité.

 

Compte tenu des potentialités de cette zone, il est probable que des espèces remarquables puissent être recensées lors de prospections complémentaires, notamment sur le plan faunistique.

 

Outre l’intérêt propre qu’elle présente, cette pelouse située non loin de la Combe d’Ain fait partie intégrante d’un réseau favorable à des échanges entre populations d’espèces calcicoles et thermophiles et joue à ce titre un rôle de corridor écologique.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible