ZNIEFF 430030013
VALLÉE DE LA BRENNE ENTRE FOULENAY ET CHAMERGY

(n° régional : 14036003)

Commentaires généraux

Description

Entre Foulenay et Chamergy, la vallée de la Brenne comporte des sites qualifiés de prioritaires pour la conservation des invertébrés.

Le lieu-dit des "Prés des Quarts" se situe à l'ouest de la commune de Le Villey. On retrouve à ce niveau des prairies longeant le cours sinueux de la Brenne. Ces milieux ouverts sont relativement humides et forment ainsi un complexe prairial authentique de part les faciès herbacés hygrophiles à mésohygrophiles présents.

La prairie au sud du lieu de Pont d'Ainson se trouve sur la commune de Le Villey. On retrouve au nord de cette zone un petit étang privé ainsi qu'un petit cours d'eau. Cette prairie est caractérisée par une végétation relativement hygrophile lui conférant ainsi un atout indéniable.

Toujours sur la commune de Le Villey, à l'est de l'étang du Tartre et à l'ouest de la route, on retrouve une prairie composée d'une végétation relativement hygrophile.

La prairie de Champs Chevreux se situe sur la commune de Foulenay au sud des Fermes Mont Turot et de la route D33. Il s'agit de prairies pâturées par des bovins. La végétation de cette prairie est relativement diversifiée grâce à la présence au sud de la zone du ruisseau du Bief d'Ainson qui se jette ensuite dans la Brenne.

 

Les Prés des Quarts, ainsi que la prairie du Pont d'Ainson sont actuellement pâturés. En plus de cette pratique, la prairie proche de l'étang du Tartre et les Champs Chevreux semblent parfois fauchés en parallèle.

 

Ces secteurs rassemblent un grand intérêt entomologique : le Cuivré des marais, papillon quasi menacée d'extinction selon la liste rouge régional.

 

Statut de protection

 

Objectifs de préservation

Les principales menaces pesant sur ces prairies concernent majoritairement les pratiques agricoles susceptibles d'être trop intensives. Par conséquent, le pâturage extensif ainsi que les fauches précoces et répétées pourraient avoir des effets néfastes à la biodiversité du site. Ainsi, il est préférable de préserver les prairies par une fauche tardive ou un pâturage extensif.

De plus, le maintien du cuivré des marais repose sur la préservation des zones humides : il faut donc lutter contre la mise en place de drains et de fossés agricoles sur ces secteurs.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible