Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430030022
LA GRANDE PRAIRIE, LE BREUIL ET LA HOUTRE

(n° régional : 39182006)

Commentaires généraux

Description

 

La vaste plaine alluviale de la Saône représente un territoire bien particulier en raison de son inondabilité. En Haute-Saône, où la dynamique fluviale reste active, la Saône présente un profil caractéristique des rivières de plaine, avec de nombreux méandres serpentant dans un lit majeur étendu. Les crues successives ont façonné le paysage au fil du temps et imposé l’occupation des sols. Les prairies inondables, constituant encore des complexes fonctionnels bien typiques, sont ainsi associées à diverses annexes alluviales et bras morts.

 

Entre Corre et Ormoy, le périmètre de la zone englobe un secteur de pâtures et de prairies humides. La Saône y est bordée, par endroits, d’une ripysylve de type aulnaie-frênaie. La composition floristique des prairies reflète leur position topographique (degré d’inondabilité) et leur mode d’exploitation, les formes fauchées étant les plus riches.

Le cortège floristique est celui des prairies humides : Oenanthe fistuleuse, Vulpin de Rendle. Ces espèces sont citées comme menacées sur la liste rouge des espèces menacées en Franche-Comté.

 

Dans la continuité du couloir rhodanien, l’axe de la vallée de la Saône constitue un lieu d’intérêt ornithologique majeur. En particulier, cet espace herbacé continu est propice à la nidification régulière du Courlis cendré et du Vanneau huppé. De plus, le Guêpier d’Europe s’y reproduit. La très rare Pie-grièche grise y a été vue en hivernage récemment.

L’Agrion de Mercure a été vu dans une zone humide au sud de la zone.

 

Enfin, ces milieux alluviaux jouent un rôle important pour les poissons, leur assurant des biotopes de reproduction, de refuge et d’alimentation. Au sein du cortège piscicole typique des rivières de plaine, le brochet, du fait de ses spécificités (position au sommet de la chaîne alimentaire, exigences strictes en matière de reproduction), est un indicateur du bon état écologique des cours d’eau. La régression généralisée de ce poisson emblématique en Europe occidentale est due principalement à la raréfaction des lieux propices à sa reproduction. La Saône est aussi propice à la reproduction de la truite fario, du Chabot et de la Vandoise à cet endroit.

 

Statut de protection

 

La zone est incluse dans le site Natura 2000 « Vallée de la Saône ». En outre, elle héberge des espèces inscrites dans les arrêtés ministériels des 8/12/88, 22/06/92, 23/04/07, 19/11/07 et 29/10/09, ce qui confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et/ou aux milieux qui les supportent.

 

Objectifs de préservation

 

Ce vaste ensemble de zones humides joue le rôle d’un espace tampon dans la plaine alluviale, assurant des fonctions d’amélioration de la qualité de l’eau (filtration physique des matières en suspension et auto-épuration des eaux de surface), de régulation du débit (champ d’expansion des crues et soutien en période d’étiage) et de limitation de l’érosion.

 

La gestion traditionnelle (fauche et pâturage extensif) a contribué à créer une mosaïque d’habitats semi-naturels riches et diversifiés. La préservation durable de cette zone est liée au bon fonctionnement hydrologique et à l’intégrité des milieux.

Il convient donc de conserver :

- la fonctionnalité des systèmes latéraux (pas de drainage ni de remblaiement) ;

- la végétation riveraine et les prairies inondables ;

- les pratiques agricoles extensives (limitation des intrants, retard de fauche).

 

La gestion des prairies inondables par fauche ou pâturage, le maintien de petits affluents, bras morts et fossés bien végétalisés sont des orientations de gestion à favoriser. Ce type d’habitat, très propice à la biodiversité, permet d’obtenir une productivité piscicole élevée.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible