Logos SINP

ZNIEFF 520012228
ILE DE NOIRMOUTIER

(n° régional : 50210000)

Commentaires généraux

Ensemble de milieux remarquables de l'île de Noirmoutier comprenant des rochers littoraux, des vasières littorales, des cordons dunaires, des bois de chêne verts et de pins maritimes, des secteurs de marais salants exploités ou à l'abandon, des prairies humides résultant de sédimentation naturelle ou de poldérisation.

Intérêt écologique (habitats et corridors)

Dans la partie intertidale, depuis l'anse du Gois jusqu'à l'anse de Brémaud, l'estran est recouvert d'herbiers de Zostères marina et noltii (petite graminée protégée au niveau régional). Ces herbiers jouent un rôle fonctionnel reconnu, notamment comme structure d'accueil pour la flore (épiphyte) et la faune marine. Des récifs d'hermelles, aux abords des roches de la Fosse, abritent une biodiversité élevée, en particulier au niveau de la faune associée des fentes et cavités.

La ZNIEFF de type II assure une cohérence entre tous les milieux particulièrement fragiles de l'île, dont la plupart sont aussi en ZNIEFF de type I.

Intérêt ornithologique :

Zone importante pour la nidification de plusieurs espèces de laro-limicoles patrimoniaux, de la Gorgebleue à miroir blanc (sous-espèce endémique du littoral français), du Busard cendré (qui reste un nicheur vulnérable en France), du Petit-duc (limite nord de répartition) etc... Seule zone de nidification de l'huîtrier pie et du Cormoran huppé dans la région.

Zone importante de halte migratoire et d'hivernage pour plusieurs espèces d'anatidés et de limicoles (en particulier la Bernache cravant, dont la côte est de l'île accueille la majorité des effectifs de la baie de Bo en début d'hiver).

Intérêt botanique :

Végétation offrant une grande diversité de groupements, souvent remarquables, en particulier sur les dunes et dans les anciens marais salants ; subsistance de quelques bois de chênes intéressants non enrésinés.

Riche cortège floristique d'espèces protégées, rares ou menacées dont plusieurs endémiques (Oeillet de France, Cynoglosse des dunes) ou en limite nord de leur aire de répartition (Chêne vert.. ), particulièrement nombreuses en arrière-dunes.

Intérêt mammalogique :

Présence de la Loutre d'Europe et du Campagnol amphibie, espèces rares et menacées en France.

Intérêt batracologique :

Malgré la faible quantité d'eau douce sur l'île, présence du Pélodyte ponctué, du Crapaud calamite, et du Pélobate cultripède (espèce vulnérable en France, en danger en Pays de la Loire)

Intérêt pour les invertébrés :

Présence du Lestes à grands stigmas, libellule des zones à Scirpe maritime, à population très localisée en France et en Europe.

Présence du Criquet des salines, très rare en France

Faune marine : Présence de crustacés et mollusques marins rares ou peu communs et de poissons rares (Syngnate de Duméril) ou vulnérables (l'Hippocampe moucheté).

Commentaires sur la délimitation

La zone englobe l'ensemble de l'île de Noirmoutier excepté les secteurs urbanisés et cultivés. Au nord et à l'ouest de l'île, les limites maritimes comprenant les vasières et rochers littoraux atteignent l'isobathe 0.

Les contours définis à l'est correspondent aux digues et aux bords de la plage.

La zone comprend également l'îlot du Pilier.

Par rapport au périmètre précédent, des ajustements ont été réalisés pour prendre en compte des milieux et espèces à forte valeur patrimoniale. Des surfaces conséquentes ont notamment été ajoutées :

- environ 27 ha au nord ouest et au sud de l'îlot du Pilier, pour prendre en compte les données de malacologie et les reposoirs d'anatidés-limicoles

- environ 90 ha au niveau du bois de la Chaize, habitat à chênes verts rare sur cette partie de la côte atlantique, et abritant la seule population de Petit-duc scops de Vendée (qui plus est en limite d'aire)

- environ 40 ha dans le marais de la Guérinière (présence d'habitats lagunaires et subhalophiles inondables, nidification d'oiseaux à forte valeur patrimoniale, zones similaires au marais voisin)

-environ 35 ha à l'ouest du polder de Sébastopol : friches et zones humides importantes pour la nidification des Pipit farlouse, Gorgebleue à miroir, Busard des roseaux, Busard cendré, Vanneau huppé

- environ 10 ha de zone dunaire domaniale à la Bosse, pour la présence d'une station de Rumex bucephalophorus.

- environ 24 ha en bordure du marais de l'Epine et de la Guérinière : zones de transition entre le marais et les zones plus élevées, friches et vestiges de cultures « traditionnelles ». Marais à Pélodyte ponctué, nidification du Pipit farlouse. Présence de Centaurium tenuiflorum…

- environ 11 ha au niveau des zones dunaires de l'Herbaudière et de Luzéronde (présence d'habitats à fort intérêt patrimonial)

Pour des raisons écologique (entité fonctionnelle), il serait nécessaire de fusionner cet ensemble avec l'ensemble "marais breton et baie de Bourgneuf" (n° national 520005785)