Logos SINP

ZNIEFF 530002117
SILLON DE TALBERT ET ARCHIPEL D'OLLONE

(n° régional : 05170002)

Commentaires généraux

La ZNIEFF du Sillon de Talbert associe à présent l’Archipel d’Ollone et son platier rocheux plus au

Nord : ensemble de récifs émergés et petits îlots (Stallio Braz, Ile d’Ollone, Roc’h Toull an Houl, Roc’h

Louet, Rocher du Sark, etc.), ainsi que l’écueil rocheux de Min Buas à l’Ouest, les accumulations et

anciens cordons de galets se trouvant de par et d’autre du sillon qui jouent des rôles vitaux de reposoir

pour l’avifaune aux marées hautes à différents coefficients, ainsi que les secteurs de gagnage et de repos

les plus utilisés tant par l’avifaune hivernante que nicheuse du sillon. La zone s’étend au Sud-Est

jusqu’au Sillon noir incluant à présent complètement l’anse de Penn Lann.

Avec la ZNIEFF « Côte de Penn Vir et Mer Mélen » (n° 05170004) repérant les prés-salés de la bande

côtière protégée par le sillon, cette zone comprend la Réserve naturelle régionale (ou Espace

remarquable de Bretagne) du Sillon de Talbert dont l’emprise sur le Domaine Public Maritime concerne

une superficie d’environ 205ha qui est affecté au Conservatoire du littoral, et dont la gestion courante est

confiée à la Commune de Pleubian par convention. Ce classement est intervenu en décembre 2006, c’est

la toute première réserve naturelle créée par la Région Bretagne, et de plus pour un site d’intérêt

géomorphologique majeur.

Les habitats déterminants retenus pour cette zone sont : l’accumulation de galets ainsi que sa végétation

vivace très spécifique, principalement sur le sillon ; les habitats dunaires (dunes mobiles embryonnaire et

à Oyat) présents à la base de la flèche ; les herbiers marins (herbiers à zostère naine situés à l’Est du

sillon et dans les anses protégées, et herbiers à zostère marine situés aux environs de l’archipel) ; les

vasières et bancs de sable ainsi que les communautés benthiques sur fonds durs (principalement

médiolittorales), et les récifs.

Intérêts faunistiques - Oiseaux : le Sillon de Talbert et ses abords sont une zone de nidification

importante pour plusieurs oiseaux ayant un fort intérêt patrimonial, en particulier :

- le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula) qui avec une dizaine de couples nicheurs en moyenne ces

dernières années tend à retrouver les bons chiffres atteints dans les années 1980, il est nicheur sur le

sillon, et quelques couples mènent aussi leurs couvées à terme dans l’archipel d’Ollone (hors réserve

naturelle), la zone a une importance régionale et nationale pour cette espèce tant pour la nidification que

pour les effectifs hivernants présents.

- le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) est également nicheur dans les secteurs plus

sableux ou mixtes (reproduction signalée au sillon dès 1927). C’est un oiseau rare à l’échelle mondial, et

un nicheur en danger en Bretagne du fait de la surfréquentation du milieu dunaire et des hauts de plage.

La colonie du Sillon de Talbert atteint un niveau d’importance régionale pour cette espèce, c’est à

présent le seul site de nidification de l’espèce dans le département (source 112 : PG RNR 2009).

- la Sterne naine (Sterna albifrons) : son installation au Sillon de Talbert remonte à 1982. Elle n’occupe

de manière régulière que trois sites de reproduction en Bretagne, dont le secteur du Sillon de Talbert et

de l'Archipel d'Ollone, les individus se répartissant dans ce dernier secteur de manière assez variable

suivant les années voire au cours d’une saison de reproduction. Les études menées dans le cadre du

Programme LIFE "Archipels et îlots marins de Bretagne" ont mis en évidence que le Trégor-Goëlo est

devenu le premier site en Bretagne pour la reproduction de la Sterne naine (Le Névé, 2002). Malgré cet

effectif important, les échecs à la reproduction restent forts (dérangements humains, conditions climatiques

et de marées).

- l’Huîtrier pie (Haematopus ostralegus) est nicheur sur les îlots d’Ollone et hiverne également sur le

site en importants effectifs.

D’autres oiseaux nicheurs remarquables se reproduisent dans la zone dont la Sterne pierregarin ou le

Pipit maritime. Le secteur du sillon est également une importante zone de concentration d’oiseaux d’eau

en hivernage : 10 espèces dont 8 limicoles ont des effectifs qui atteignent les seuils déterminants pour les

ZNIEFF dont le Bécasseau sanderling (Calidris alba) qui est exclusivement cantonné autour du sillon à

l’échelle de la zone Paimpol-Trieux-Jaudy (niveau d’importance nationale). La Bernache cravant utilise

aussi beaucoup les estrans, vasières et herbiers situés à la base du sillon.

- Mammifères : le phoque gris a été observé ponctuellement dans le site, et un cas de reproduction sur

Olonne a été enregistré en 1996 (source : PG RNR).

Dans le cadre de la Réserve naturelle différents inventaires faunistiques marins ont été initiés.

Intérêts floristiques : 5 plantes vasculaires déterminantes sont présentes dans cette ZNIEFF. Deux

plantes sont protégées au plan national : le chou marin (Crambe maritima) assez abondant sur le sillon et

également présent en haut de l’anse de Penn Lann, ainsi que la renouée de Ray (Polygonum oxyspermum

subsp. raii) détectée en 1991 puis revue seulement en 2009 en très petite quantité. Une 3ème plante

protégée en Bretagne est présente sur la partie sableuse à la base du sillon : le panicaut de mer, ou

chardon bleu maritime (Eryngium maritimum). Une variété maritime de la morelle douce-amère

(Solanum dulcamara var. marinum) liée aux cordons de galets est présente sur le sillon et sur différents

îlots de l’archipel. La zostère naine (Zostera noltii) qui a fait l’objet de recensements récents sur la zone

possède quelques herbiers à l’Est du sillon.

La fiche ZNIEFF reste à renseigner pour tous les végétaux cryptogames, et particulièrement les algues

qui sont très bien connues sur ce littoral du fait des études du Centre d’Etude et de Valorisation des

Algues (CEVA).

Intérêts géomorphologiques : l’intérêt patrimonial majeur de la zone est le Sillon de Talbert lui-même :

flèche à pointe libre qui s’étire vers le Nord-Est sur une longueur de 3,2 km. Ce cordon d’une largeur

moyenne de 100m et d’une hauteur variant de 10 à 14m (/ zéro des cartes marines) est constitué d’un

mélange de sable, de gravier et de galets, en proportion variable selon les secteurs. Cet objet

géomorphologique singulier est la résultante de l’action combinée de l’érosion et d’agents

hydrodynamiques. De par sa taille, unique en Bretagne, et qui en fait l’un des plus grands cordons de

galets littoraux d’Europe, ainsi que par ses caractéristiques structurelles originales : une formation

dunaire en partie proximale et une partie distale en galets formée de crochets successifs recourbés sur le

revers, le Sillon de Talbert est un site naturel exceptionnel.

De plus l’estran rocheux dans la zone porte des structures géomorphologiques remarquables appelées

"queues de comètes" : formes d’accumulation, constituées de sables et de galets, qui s’étirent en arrière

des principaux chicots rocheux, en position de fuite par rapport aux houles incidentes. L’une des plus

remarquable est celle qui s’ancre au rocher de Min Buaz, à quelques centaines de mètres à l’ouest du

Sillon. On notera aussi en arrière du Sillon de Talbert, la présence de reliques d’anciens cordons

soliflués (île blanche, sillon noir) bien conservés à l’abri des houles dominantes (source : PG RNR).

De nombreuses études ont été réalisées et sont en cours concernant l’historique et la dynamique actuelle

du sillon (suivi topo-morphologique permanent).

Gestion, conservation, pédagogie : la commune de Pleubian est propriétaire d’une maison située en

retrait du Sillon, servant à l’accueil du public et dans laquelle sont situés les bureaux de la réserve. La

commune assure la garderie et l’animation du site par le recrutement d’un agent garde du littoral qui

veille au respect de la réglementation par le public, tout en réalisant en parallèle un travail d’information.

Il œuvre à la gestion du site via la lutte contre les espèces envahissantes, le ramassage des macro déchets

et la réalisation de travaux d’entretien et d’aménagements légers. Il assure également le suivi scientifique

et naturaliste du site, avec entre autres, un suivi annuel de l’avifaune nicheuse. Une part importante est

consacrée à la sensibilisation et à la pédagogie (accueil des groupes scolaires, sorties découvertes

organisées durant l’été). La Maison du littoral est ouverte de mai à septembre.

Cette ZNIEFF, et la Réserve naturelle régionale, sont entièrement comprises dans le Site d’Intérêt

Communautaire «Côte de Trestel à Paimpol, Estuaires du Trieux et du Jaudy». Les objectifs

scientifiques et naturalistes de la Réserve (préservation de la qualité de la flèche et des habitats et

espèces remarquables qui s’y trouvent dont les populations d’oiseaux à forte valeur patrimoniale) sont en

conformité avec la démarche de conservation du réseau Natura 2000.

TRES IMPORTANT : pour rendre valide ce bordereau, joindre une carte au 25 000éme précisant vos

propositions de délimitation avec à l’intérieur la justification des critères de délimitation (voir n°12) et

localisation des espèces et habitats déterminants (voir n°11).

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre de la ZNIEFF du sillon est étendu à l’Archipel

d’Ollone compte tenu des étroites relations qu’ont ces deux

secteurs vis-à-vis de l’avifaune nicheuse et hivernante. Autour

du sillon le périmètre s’élargit pour inclure d’importantes zones

de nourrissage, de repos ou de stationnement de l’avifaune en

lien direct avec le Sillon de Talbert. Un secteur conchylicole au

Nord-Est du sillon est à présent exclu de la zone.

La ZNIEFF adjacente «Côte de Penn Vir et Mer Mélen» reste

en étroite relation avec cette zone, ces 2 ZNIEFF comprennent

entièrement la Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert