Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 530006068
ETANG DU CORONCQ, RUISSEAUX DE SAINT JEAN ET DU LOC'H

(n° régional : 00000091)

Commentaires généraux

L’Etang du Corong a été créé pour alimenter le canal de Nantes à Brest à son point le plus élevé (franchissement de

l’extrémité Est des Montagnes noires, avant de rejoindre le bassin de Chateaulin). Il s’intègre donc au corridor écologique que

constitue le canal, en particulier pour la Loutre et comme axe migratoire Est Ouest suivi par les oiseaux (anatidés,

limicoles…). Bien que subissant une assez forte pression touristique (pêche, activités nautique, promenades sur la rive Nord-

Ouest, habitations riveraines sur la rive Sud -Est), il constitue un lieu d’hivernage pour les anatidés. Soumis à de fortes

variations de son niveau d’eau, en fonction des besoins pour l’alimentation du canal, ses rives sont exondées en été. Plusieurs

plages vaseuses, en partie Ouest, hébergent le Coléanthe délicat, espèce protégée, inscrite à l’annexe 2 de la Directive

européenne « Habitats » : l’étang du Corong constitue la principale station de l’Ouest de la France, avec des centaines de

milliers d’individus.

Les vallées des deux ruisseaux de Kerjean et du Loc’h qui alimentent l’étang par l’Ouest sont larges et confluent en formant

un plan d’eau peu profond à proximité du village de Saint Conogan. Cette partie amont du plan d’eau a le statut de Réserve

d’Etat ; elle est peu accessible au public et constitue une zone d’alimentation et de tranquillité pour la faune (oiseaux

aquatiques, Loutre). Les deux vallées s’étendent en amont sur de vastes espaces prairiaux et des saulaies denses. La plus

grande partie est en abandon de gestion : les vastes prairies oligotrophes et landes humides sont en voie de fermeture

(colonisation par les saules). Quelques landes et prairies tourbeuses sont néanmoins encore entretenues par pâturage bovin, à

proximité du village de Kersec’h (ruisseau de Saint Jean). Une contractualisation agri-environnementale pourrait permettre la

régulation de la pression de pâturage (trop forte, par endroit) et l’entretien de surfaces récemment abandonnées.

Commentaires sur la délimitation

Etang du Corong, ses habitats naturels en rives et l’aval

immédiat de sa chaussée. Prise en compte en amont des

deux vallées des ruisseaux de Kerjean et du Loc’h qui

comportent de vastes prairies et landes humides et

tourbeuses