Logos SINP

ZNIEFF 530013326
MARAIS DU BRANZAIS - MEN AR MOR ET DUNES DE MENARD

(n° régional : 05310004)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF de type I est un ensemble naturel cohérent qui se compose depuis la façade de l’Estuaire de la Vilaine : d’une plage de sable, par endroits sablo-vaseuse avec des accumulations de débris coquilliers, un cordon de végétation annuelle des laisses de mer, une dune fixée un peu étendue au Nord du site : les Dunes de Ménard ; cet habitat existe également en cordon au niveau du Branzais. Des éléments de la dune vive sont aussi présents plus ponctuellement quand l’érosion reste limitée.

Entre les Dunes de Ménard et le Branzais, face au Pont de Men ar Mor s’étend un beau pré salé du schorre moyen à obione où s’insèrent des dépressions à salicornes et des buttes à chiendent du littoral, il est parcouru par quelques chenaux à végétation aquatique saumâtre ; en arrière s’étendent des roselières à phragmite avec à leurs marges du scirpe marin. Une ancienne saline, propriété du Département du Morbihan, comporte de nombreux oeillets qui offrent de manière concentrée de nombreux gradients de la végétation de pré-salé (obione, puccinellie maritime, salicornes), en arrière des prairies subhalophiles entretenues sont particulièrement diversifiées.

La route côtière et sa bretelle ramenant sur Pénestin coupent artificiellement le marais et isolent un peu le Marais du Branzais, également en grande partie propriété du Département et ayant fait l’objet d’un diagnostic écologique détaillé, suivi de propositions de gestion pour la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore (source n° 55). Ce marais est en partie une ancienne saline abandonnée au début du XXème siècle, ces terrains étaient encore inondables jusque vers 1950, la digue actuelle du Branzais a été édifiée en 1953. Il y a actuellement une prévalence de l’eau douce mais une certaine salinité subsiste dans quelques étangs et parcelles en végétation. Les roselières se sont développées, des prairies hygrophiles ou méso-hygrophiles subhalophiles sont encore entretenues, d’autres sont colonisées par la phragmitaie ou la scirpaie ou les ligneux. Un important vallon humide d’alimentation en amont (au Sud) de la départementale D 34 est logiquement intégré à la ZNIEFF.

Faune patrimoniale : Les marais du Branzais et de Men ar Mor font partie intégrante de l’écosystème estuarien de la Vilaine et présentent vis-à-vis de plusieurs espèces d’oiseaux d’eau un caractère

fonctionnel, pour leur nourriture et comme lieu de remise aux marées hautes. Quatre passereaux nicheurs sont déterminants pour la ZNIEFF : le Phragmite des joncs, la Locustelle luscinioïde, la Gorgebleue à miroir, et la Bergeronnette printanière.

Les principaux intérêts batrachologiques sont liés à la présence du Pélodyte ponctué (ou Grenouille persillée) à distribution européenne très réduite et ne fréquentant que les marais littoraux en Bretagne, la présence du Crapaud calamite également menacé, ainsi qu’à une belle population de Rainette verte. Il est à noter également que la Grenouille de Lessona a été identifiée dans ce marais.

Plusieurs groupes d’insectes ont fait l’objet de bonnes prospections dans le marais du Branzais, révélant une intéressante diversité spécifique parmi les odonates et les orthoptères en particulier. Plusieurs espèces peu communes et déterminantes sont présentes, telles que la libellule Aeschne isocèle (Aeshna isoceles), l’Agrion mignon (Coenagrion scitulum), le criquet Oedipode émeraudine (Aiolopus thalassinus) ou la sauterelle Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula).

Flore patrimoniale : le Marais du Branzais comportent actuellement, abondantes sur le site, 2 plantes protégées, l’une au plan national : la renoncule à feuilles d’ophioglosse (Ranunculus ophioglossifolius), l’autre au plan régional : le myosotis de Sicile (Myosotis sicula) ; 5 autres plantes déterminantes (parmi les renoncules et trèfles) sont présentes.

Les Dunes de Ménard et sables du littoral portent aussi 4 autres plantes protégées en Bretagne : la linaire des sables (Linaria arenaria), le panicaut maritime (Eryngium maritimum), la renouée maritime (Polygonum maritimum), et la silène de Porto (Silene portensis), ce dernier taxon étant ici d’un très grand intérêt car signalé qu’en Pénestin pour l’ensemble de la Bretagne.

Une cinquième plante protégée et très menacée, le diotis maritime (Otanthus maritimus), signalée dans ce site n’a pas été revue depuis plus de vingt ans, c’est aussi le cas pour la patience des marais (Rumex palustris).

Un sentier côtier GR de Pays « Tour entre Brière et Vilaine » (et piste cyclable) traverse la zone. Les Dunes de Ménard sont assez fréquentées (c’est un secteur de pêche à marée haute notamment), et une aire de stationnement a été gagnée sur celles-ci au lieu-dit Le Gaudrel.

Manque espèce:

Polyommatus tithonus

Commentaires sur la délimitation

Le nouveau périmètre de cette ZNIEFF reprend le marais du Branzais en délimitant mieux cette zone pour prendre en compte les données biologiques nouvelles (1999) et les aspects fonctionnels ; il inclut à présent les anciennes salines et le marais de Men ar Mor également en partie protégés, ainsi que la dune de Ménard.

La partie estuarienne n’est plus incluse dans cette ZNIEFF de type I, mais l’est toujours dans la ZPS et la ZICO "Baie de Vilaine" et la ZNIEFF de type II de l’estuaire. L’ensemble du site est presque entièrement compris dans la zone Natura 2000 "Estuaire de la Vilaine".