Logos SINP

ZNIEFF 530015143
COTE DE BEG LEGUER ET VALLON DE GOAS LAGORN

(n° régional : 00000551)

Commentaires généraux

Bel ensemble de côte rocheuse en falaise se développant sur environ 4 kilomètres, depuis la plage de Porz Mabo au Nord sur la commune de Trébeurden, jusqu’au débouché de l’estuaire du fleuve Léguer au Sud après les pointes de Beg Léguer et Servel à la hauteur de Beg Hent en Lannion. Au centre du site, le vallon de Goas Lagorn et son ruisseau débouchent au niveau d’une petite formation dunaire surmontant la plage. Les falaises de Porz Mabo, le vallon de Goas Lagorn et la pointe de Servel sont en très grande partie acquis par le Conservatoire de l’Espace Littoral (CEL) qui possède environ 100 hectares dans ce secteur, dont 83 ha dans le périmètre de la ZNIEFF.

Habitats principaux,Flore & Faune: les habitats terrestres déterminants sont la végétation des falaises des côtes atlantiques (des fissures à criste marine aux pelouses aérohalines à armérie maritime et fétuque pruineuse, les pelouses rases des affleurements rocheux) ; la végétation des rochers eu-atlantiques à nombril de Vénus et silène maritime sur les affleurements en retrait ; les landes à bruyère cendrée et ajoncs (principalement l’ajonc d’Europe) souvent assez évoluées et fermées, et la petite formation dunaire de Goas Lagorn (dunes mobiles et embryonnaires principalement). Le reste du secteur est surtout occupé au niveau des falaises par la ptéridaie et les fourrés arbustifs à prunelliers, ou des formations boisées lâches de coteaux, et dans la partie amont du vallon de Goas Lagorn par des prairies méso-hygrophiles diversifiées avec un maillage bocager très dense.

Au moins quatre plantes remarquables sont présentes avec trois espèces protégées en Bretagne : le chou marin (Crambe maritima), le panicaut de mer (Eryngium maritimum), et le gaillet commun négligé (Galium neglectum) tous présents au niveau plage-dune, ainsi qu’une autre plante déterminante pour les ZNIEFF : l’ornithope penné (Ornithopus pinnatus) sur pelouse sablonneuse ouverte de la côte.

Le site, bien étudié, est floristiquement assez diversifié du fait de la bonne variété d’habitats présents, et possède quelques autres plantes peu communes voire rares dans le département (Juncus acutus, Vicia lathyroides, Symphytum tuberosum, etc.).

Une trentaine d’espèces d’oiseaux sont nicheurs certains ou probables dans le seul vallon de Goas Magorn (source 55) dont l’Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus). Les blockhaus de la pointe de Servel abritent des individus isolés de chiroptères en hiver : le Grand rhinolophe et le Petit rhinolophe y ont été recensés. Depuis la réhabilitation du ruisseau de Goas Lagorn en 2005 (enlèvement d’un busage sur une centaine de mètres datant des travaux de nettoyage de la plage après l’Amoco Cadiz), l’anguille remonte à nouveau le ruisseau, et des IBGN ont montré également un retour rapide des macro-invertébrés dans le lit remis à ciel ouvert. Les débuts d’inventaires entomologiques réalisés sur le vallon de Goas Lagorn seraient également à poursuivre et à étendre.

Gestion et protection (extraits source n° 62 CEL) : le vallon de Goas Lagorn propriété du Conservatoire du littoral (47 hectares) était autrefois utilisé et entretenu par une agriculture locale très rustique, mais les conditions particulières d'exploitation (relief marqué et petit parcellaire) ont entraîné un abandon progressif de la vallée au profit des friches et des taillis. Afin d'éviter la fermeture du paysage et une banalisation des milieux, un pâturage extensif a été remis en place en partenariat avec des agriculteurs riverains. Différentes espèces pâturent aujourd'hui les prairies remises en état : des vaches Bretonne Pie Noire, des chevaux et des ânes. L'action combinée des différentes espèces permet d'obtenir un pacage efficace et plus satisfaisant. Des suivis botaniques permettent d’évaluer cette gestion (sources 58 à 60).

Plusieurs sentiers ouverts au public permettent de découvrir l'ensemble de la vallée, et le restant du site par le sentier du littoral (GR 34).

Les plages et le site dans son ensemble sont très fréquentés. Un déplacement d’aire de stationnement a été opéré sur la pointe de Beg Léguer près du phare (préservation de la lande et de la pelouse rase).

Ce sont les communes de Lannion (gestionnaire principal) et de Trébeurden (gestionnaire délégué) qui entretiennent le réseau de chemins. La communauté d'agglomération Lannion-Trégor a mis en place et coordonne cette gestion. Depuis 2000, un programme de réhabilitation a été engagé sur l’ensemble du site. Il s’inscrit dans le cadre d’un contrat-nature qui associe les collectivités locales, le Conseil Régional et Général, l’Agence de l’eau et le Conservatoire.

TRES IMPORTANT : pour rendre valide ce bordereau, joindre une carte au 25 000éme précisant vos propositions de délimitation avec à l’intérieur la justification des critères de délimitation (voir n°12) et localisation des espèces et habitats déterminants (voir n°11).

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre, affiné, reste sensiblement le même que ceux des 2 précédentes ZNIEFF de type I, fusionnées, car elles se chevauchaient et présentaient en partie les mêmes données naturalistes. Aucune maison d’habitation privée n’est contenue dans la zone, hormis le Phare de Beg Léguer.