Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 530020019
LANDES ET TOURBIERES NORD DE PLOUDIRY - LA MARTYRE

(n° régional : 00000728)

Commentaires généraux

Descriptif

Ce complexe de landes et tourbières occupe la partie sommitale et les flancs du plateau de Ploudiry La Martyre. Les

plantations de conifères couvrent d’assez grandes surfaces qui ont cependant été incluses dans le périmètre lorsqu’elles sont à

la jonction d’habitats déterminants. Les pins sub-spontanés, en densité variable, occupent une partie des landes : ils ne nuisent

cependant pas à leur conservation. Immédiatement au Nord-Est de La Martyre, le périmètre initial de la ZNIEFF (1995) a été

amputé de 9 ha de landes tourbeuses détruites pour mise en culture (2003 ?).

Le flanc Ouest (La Martyre) comporte des habitats tourbeux avant de se rétrécir en un étroit vallon près de Traon Gouzien.

Les écoulements du flanc Nord-Est (Ploudiry) comportent aussi des habitats tourbeux de moindre surface ; ils rejoignent une

vallée plus large occupée par des prairies humides dont une partie est encore pâturée.

Les sources sont celles de ruisseaux affluents de l’Elorn en rive gauche. Plusieurs font l’objet de captages pour l’alimentation

en eau potable.

Milieux

Les landes mésophiles à humides à Ajonc de Le Gall et Bruyères sont, en général, en abandon de gestion. Leur hauteur varie

beaucoup selon leur état de colonisation par les pins. Les parcelles en landes tourbeuses (la Martyre) sont, en partie, encore

entretenues par pâturage de chevaux. Un parc d’entraînement cynophile (1ha environ) y a été implanté.

Les tourbières de Traon Gouzien sont entretenues par pâturage extensif de chevaux mais l’effet positif est insuffisant et la

végétation est, en plusieurs endroits, devenue trop élevée (dominance des touradons de Molinie) pour permettre aux plantes

pionnières (Droseras, Grasssette) de s’extérioriser.

Les prairies humides surtout présentes aux environs de Cleuz Drein encadrent la zone tourbeuse. Certaines de ces prairies

sont encore pâturées par les bovins. Les formations boisées feuillues sur les talus et chemins créent un ombrage et des

conditions d’humidité optimales pour le développement des mousses et fougères.

Flore

La Sphaigne de la Pylaie présente en 1995 en faible effectif a peut-être disparue par mise en culture d’une des parcelles où

elle avait été observée…Présence d’au moins 6 autres espèces menacées dont le Rhynchospore blanc et le Jonc rude (rare en

dehors des Monts d’Arrée)

Faune

Aucune observation de Courlis cendré en période de reproduction n’a été faite depuis 1998 (environ 10 couples sur ce site en

1975). Le Busard St Martin utilise le site comme territoire de chasse en hiver et au printemps mais ne s’y reproduit plus.

Menaces potentielles

Des espaces de landes pourraient encore être détruits par des plantations forestières (feuillus ou résineux), des aménagements

de loisirs ou la mise en culture

Commentaires sur la délimitation

Landes mésophiles, humides et tourbeuses en partie

sommitale d’un plateau constituant une importante zone

de sources, vallons comportant des habitats humides

(tourbeux) qui s’encaissent rapidement vers l’Ouest et le

Nord. Le périmètre initial (1995) a du être fractionné à

cause de destructions d’habitats pour mise en culture.

- Le contour cartographique comprend l'ensemble des habitats de lande situés au Nord du bourg de La Martyre ainsi que les zones humides qui y sont incluses et leurs prolongements naturels. (2 et 3).

- Les limites aval de ces zones humides sont posées aux endroits où les milieux remarquables qui encadrent les talwegs se reduisent fortement ou disparaissent (artificialisation). Les parcelles à forte vocation agricole bordant les landes n'ont pas été comprises dans le périmètre à l'exception de quelques parcelles incluses dans les landes, ou fortement enclavées et empiétant sur une zone humide. (2 et 4)

- Des parcelles très artificielles boisées en résineux serrés et élevés ont été évitées sauf si elles étaient trop incluses dans le complexe ou lorsqu'elles présentaient un intérêt vis à vis des espèces à fortes valeurs patrimoniales signalées à leur niveau. (1 et 4)

- La répartition des landes et des tourbières (habitats remarquables ) et la présence d'espèces végétales et animales protégées et / ou menacées sur ces habitats ou dans les milieux connexes sont des critères importants. (1 et 2)