Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 530030024
LANDES DE LOCARN ET TOURBIÈRES DE GOAREM TRONJOLY ET DU CORONG

(n° régional : 00000002)

Commentaires généraux

Le complexe des « Landes et tourbières de Locarn » qui fait l’objet de cette fiche ZNIEFF de type I est

analysé au moins depuis 1985 (B. Clément) comme l’unité écologique fonctionnelle à considérer. Ces

landes remarquables (dites aussi du Minez Guellec) sont situées sur la bordure Sud-Ouest du massif

granitique de Quintin entre d’importantes formations boisées occupant la même situation (Forêt de

Duault et bois de Follézou, de la Salle et de Kergrist). Ce site est constitué de l’un des plus vastes

ensembles de landes sèches de l’intérieur des Côtes d’Armor (affleurements rocheux granitiques,

pelouses, landes sèches et mésophiles à ajonc de Le Gall et bruyères) et de 3 tourbières principales : les

tourbières de pente du Corong au cœur de la lande au Nord-Ouest du site et de Keroncel qui lui est

parallèle en bordure Est de la lande, et la tourbière de Goarem Tronjoly plus à l’Est, elle-même

complexe tourbeux (tourbières, bas-marais acides, prairies et landes humides à tourbeuses, avec le

secteur tourbeux proche de St-Cognan) initialement en connexion avec les landes de Locarn et occupant

une dépression bordant le Ruisseau du Corong (ou Ruisseau de l’Étang de Follézou). Ce cours d’eau

oligotrophe reçoit les eaux issues des ces tourbières avant de passer à travers les Gorges du Corong

(ZNIEFF n° 00400001).

Les Landes de Locarn sont considérées comme « lande exceptionnelle, d’intérêt national » à l’Inventaire

des landes de France, les tourbières de Goarem Tronjoly, du Corong et de Keroncel peuvent être

estimées respectivement d’intérêt régional, départemental, et local (en fonction de leurs espèces

remarquables et habitats respectifs).

Espèces remarquables - Flore : une bonne douzaine de plantes vasculaires déterminantes pour les

ZNIEFF sont présentes dans les zones tourbeuses du site dont 2 espèces végétales protégées au plan

national : les rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) et à feuilles rondes (D. rotundifolia), ainsi que

la plante aquatique carnivore devenue très rare en Côtes d’Armor et en régression en Bretagne : la petite

utriculaire (Utricularia minor). Faune : le peuplement d’oiseaux et d’invertébrés sur la zone est

particulièrement caractéristique de ses habitats, si le Busard cendré n’a plus niché depuis longtemps dans

la lande il n’en est pas de même du Busard St-Martin qui a été signalé nicheur plus récemment et

fréquente aussi régulièrement le site en hiver. L’Engoulevent d’Europe et la Fauvette pitchou, entre

autres oiseaux remarquables des landes, sont reproducteurs. L’inventaire des autres vertébrés est assez

complet pour plusieurs groupes et comporte aussi des espèces déterminantes, et le peuplement

d’arthropodes a été également bien étudié dans les années 1990, une douzaine de taxons remarquables

sont recensés (voir liste 2a).

Une galerie de mine de prospection située dans la zone abrite du Grand Rhinolophe en hivernage, elle

fait l’objet de suivis et d’une protection (grille) par le Groupe Mammalogique Breton (convention 2003).

Le tronçon du Ruisseau du Corong inclus dans la zone possède (comme plus en aval) un peuplement

caractéristique de la zone à truites, 6 espèces sont présentes dont 2 d’intérêt communautaire, le Chabot et

la Lamproie de Planer (source n° 54). La Mulette perlière (Margaritifera margaritifera) protégée et

d’intérêt communautaire était également présente à ce niveau à la fin des années 1990 (Ph. Quéré - source

n° 75), mais recherché à nouveau au milieu des années 2000 ce mollusque bivalve, devenu très rare en

Bretagne, semble avoir malheureusement disparu de cette station.

Protection - Gestion - Suivis : un arrêté préfectoral de protection de biotope à l’origine d’une initiative

locale a été pris le 18 juillet 1988 sur environ 172 hectares pour la protection de ces landes et notamment

des busards qui y nichaient car le site faisait l’objet d’importantes plantations de résineux, destructrices

des landes. Certaines parcelles en landes à l’extrémité Sud-Est du site et non couvertes par cette

protection ont été depuis défrichées par l’agriculture.

Dans la partie Nord-Ouest des Landes de Locarn, "un programme de gestion à long terme est engagé

depuis 1994 et regroupe plusieurs partenaires (le Département, la Commune de Locarn, la Communauté

de Communes du Kreiz Breizh, l’Association Cicindèle et différents propriétaires). Des agriculteurs sont

étroitement associés à l’entretien des landes par la fauche ou le pâturage sur des conventions

appropriées" (source : dépliant "Landes de Locarn" - Conseil Général des Côtes d’Armor). Auparavant, la

lande devenue trop élevée a dû être restaurée mécaniquement avec parfois du matériel expérimental. Un

secteur aval de la tourbière du Corong a fait l’objet d’un important décapage, la recolonisation de la

végétation y a été suivie durant 12 ans (1995 - 2007). La végétation de ce secteur a été finement étudiée

(source n° 88) et des suivis floristiques à long terme sont entrepris sur les espaces actuellement pâturés.

Cette ZNIEFF est en bonne partie contenue dans le Site d’Intérêt Communautaire «Têtes du Bassin du

Blavet et de l’Hyère», mais il serait toutefois souhaitable que le périmètre ZNIEFF dans sa totalité puisse

un jour bénéficier des moyens de conservation (voire de réhabilitation des landes qui ont été enrésinées)

que le programme Natura 2000 est susceptible d’apporter.

Les boisements résineux du site sont également un dortoir hivernal d’étourneaux très important qui

génère de fortes nuisances dans les alentours.

Intérêts pédagogiques : une promenade libre par le circuit de découverte: "Sentier du Minez Guellec"

longe les landes et passe par les Gorges du Corong, son livret d’interprétation est en vente dans les Offices

du Tourisme et Point Information Tourisme.

Dans le secteur Nord-Ouest des Landes de Locarn, un sentier interne formant une boucle de 3 km passe

dans la lande et la tourbière du Corong et est uniquement utilisé en visite guidée pour des groupes

(scolaires et autres) accompagnés par les animateurs de la Maison du Patrimoine de Locarn. Un ponton

d'une trentaine de mètres permet de traverser la zone humide. Les travaux de génie écologique effectués

à proximité immédiate du passage permettent à présent d'observer différents habitats tourbeux

diversifiés.

Le petit vallon tourbeux de Keroncel est géré par l’association Cicindèle qui a aménagé un sentier de

800m de long, réalisé lors de chantiers pédagogiques avec les écoles et lycées techniques de Bretagne.

Différentes modalités sont testées pour traverser les parties tourbeuses : passerelle sur pilotis, passage

sur fagot de callune ou sur talus. Les travaux de restauration de la tourbière se font également lors de

chantiers pédagogiques. Ils permettent de découvrir les différents stades de végétation depuis la tourbe

mise à nue par étrépage jusqu'aux landes tourbeuses âgées à callunes. Il est accessible toute l'année mais

également uniquement en visite guidée et à la demande pour des groupes (renseignements : Maison du

Patrimoine).

TRES IMPORTANT : pour rendre valide ce bordereau, joindre une carte au 25 000éme précisant vos

propositions de délimitation avec à l’intérieur la justification des critères de délimitation (voir n°12) et

localisation des espèces et habitats déterminants (voir n°11).

Commentaires sur la délimitation

L’ancienne ZNIEFF type II « Zone de Locarn » passe en type I

compte tenu de sa valeur patrimoniale d’ensemble, et intègre

du même coup les ZNIEFF des tourbières du Corong et de

Goarem Tronjoly ainsi que la partie amont du tronçon du

Ruisseau de Follézou inscrit aussi en ZNIEFF « rivière ».