Logos SINP

ZNIEFF 530030056
TOURBIERE DE LE QUILLIOU - SAINT GERMAIN

(n° régional : 00000265)

Commentaires généraux

Description synthétique : la ZNIEFF se décompose selon 3 secteurs principaux :

- une partie Ouest comportant d’assez grandes parcelles en landes ou en tourbière, une prairie oligotrophe et une assez grande saulaie marécageuse très diversifiée. Les marges sont plus ou moins boisées naturellement, surtout sur l’amont. Aucune gestion récente n’est plus observable et certaines dégradations sont à noter.

- une partie centrale, dominée par diverses activités agricoles bénéfiques au milieu : pâturage sur un grand ensemble prairial humide localement mésophile, fauche sur des landes humides et prairies oligotrophes particulièrement diversifiées, seul un petit secteur amont apparaît dégradé et en cours d’abandon.

- une partie Est (rive gauche du ruisseau principal) qui porte un assez bel ensemble de parcelles en lande humide et tourbière mais cloisonné par des talus fortement boisés et la progression du boisement naturel humide partant du ruisseau.

Le couloir boisé aval, après la confluence de tous les écoulements, comprend des secteurs boisés humides intéressants (boulaie à sphaignes en particulier).

La qualité et l’extrême diversité biologique de certaines prairies oligotrophes de ce site ont été signalées par des biologistes anglais qui en recommandaient la protection (1991 – cf Bibliographie).

Milieux principaux : landes humides à tourbeuses à éricacées relativement stables, groupements de tourbières principalement à narthécies et sphaignes, saulaies marécageuses pour partie à sphaignes, boulaie à sphaignes. Prairies humides "classiques" mésotrophes entretenues ou non, prairies humides dérivant de landes humides ou bas-marais acides, oligotrophes, à fort intérêt patrimonial. Fourrés, ptéridaies, chênaie-hêtraie acidiphile.

Espèces remarquables : - Flore : présence de 3 espèces végétales protégées au plan national : la fougère dryoptéris atlantique (Dryopteris aemula), et les rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) et à feuilles rondes (Drosera rotundifolia). Au moins 10 autres espèces végétales menacées sont présentes dans le site dont l’avoine de Thore (Pseudarrhenatherum longifolium), et la gentiane pneumonanthe (Gentiana

pneumonanthe). Très bonne diversité floristique en mousses et fougères dans les zones boisées humides.

- Faune : peu ou pas de données pour la plupart des groupes de faune. L’intérêt entomologique global doit cependant être important ; à signaler la présence du Damier de la Succise (Euphydryas aurinia) papillon protégé et d’intérêt communautaire dont le suivi de la population est réalisé par l’association Bretagne Vivante.

Conditions actuelles de conservation : elles sont contrastées,

- dans la partie Ouest une parcelle tourbeuse très humide a fait l’objet d’un drainage et porte une grande mare, les accès à une belle unité de lande ne sont plus visibles (abandon), un travail du sol ( ?) sur une autre lande au contact doit être la cause d’un boisement spontané très dense fermant le secteur.

- dans la partie centrale, malgré quelques travaux sur les parcelles aval, le grand ensemble prairial est correctement géré et semble permanent. La fauche sur landes et prairies humides est l’activité la plus bénéfique au milieu. A ce niveau 3 parcelles de 1,33 ha au total, propriété de Bretagne Vivante, devraient passer en propriété du Département du Finistère (2011).

- à l’Est, l’abandon est assez général, mais à part une eutrophisation limitée à la bordure il n’y a pas de fortes dégradations.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible