Logos SINP

ZNIEFF 530030075
LANDE TOURBEUSE DE LE NERGOAT

(n° régional : 00000835)

Commentaires généraux

Ce site est à cheval sur la séparation des bassins versants des rivières Queffleuth au Nord et le Squiriou (Bassin versant de l’Aulne) au Sud. Occupant de faibles dépressions à ce niveau, la rétention d’eau a été suffisante pour avoir généré une lande tourbeuse qui fut certainement de très grande qualité. A présent, en grande partie drainée et fortement enrésinée, la zone conserve malgré tout un intérêt naturaliste important mais qui s’amenuise avec le temps (assèchement par le drainage et les plantations viables, mais aussi fermeture du milieu), et que cette nouvelle ZNIEFF doit signaler tant que ce patrimoine naturel sera présent. De plus quelques parcelles ont échappé à l’enrésinement et certaines restent entretenues.

Milieux principaux : lande humide à tourbeuse à sphaignes (au centre du site) - lande méso-hygrophile (enrésinée) - groupement de tourbière à narthécie et sphaignes - groupements pionniers, sur tourbe nue et ponctuellement aquatiques - saulaie tourbeuse et boulaie (au Nord de la D111) - prairies humides à jonc acutiflore.

Espèces végétales remarquables : présence de 2 espèces végétales protégées aux plans national : les rossolis à feuilles rondes et intermédiaire (Drosera rotundifolia et D. intermedia). Une dizaine d’autres espèces végétales menacées étaient encore présentes au début des années 2000 mais les plus remarquables (Rhynchospora fusca, Deschampsia setacea, Sphagnum molle, Cladopodiella francisci) semblent avoir disparu par assèchement localisé, fermeture du milieu et recouvrement des drains par la végétation, mais aussi sans doute reprise d’entretien des chemins d’exploitation et surcreusement des fossés, entraînant de nouveaux décapages jusqu’à l’horizon minéral ce qui ne permettra plus aux plantes pionnières de tourbière de réapparaître.

Conditions actuelles de conservation : mauvaises pour les milieux, du fait de l’important enrésinement et du drainage. Une assez forte humidité semble toutefois subsister. Une parcelle de lande humide est toujours entretenue par la fauche, un petit secteur tourbeux est pâturé au Nord du site.

Au sein du boisement, longtemps supervisé par les services forestiers de l’Etat du fait des difficultés de production du Groupement, une clairière en lande humide a été maintenue, mais l’absence de gestion la banalise également. A présent en gestion privée, il serait tout de même souhaitable de veiller à la sauvegarde des éléments intéressants du site lors des futures grosses interventions sur le boisement quand ceux-ci surviendront (dans la perspective d’une réhabilitation, toujours souhaitable).

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible