Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 530030086
TOURBIERE DE STANG PRAT AR MEL

(n° régional : 00000074)

Commentaires généraux

Descriptif synthétique : la zone humide de Stang Prat ar Mel est constituée :

- d’un secteur central très humide abritant une végétation de bas-marais acide très diversifiée,

- d'une première ceinture composée de landes méso-hygrophiles à tourbeuses bien développées dans une large partie Ouest, et de saulaies/boulaies souvent très hydromorphes sur la bordure Est du bas-marais,

- d'une seconde ceinture plus étroite de prairies humides, dont quelques unes autour du couloir humide située à l' Est sont plus ou moins oligotrophes et assez diversifiées car régulièrement entretenues.

Prairies et bois humides fragmentaires et magnocariçaies occupent les couloirs issus de sources.

Sur l'aval, près de Prat ar Mel, existe un étang compris également dans la zone.

Les landes tourbeuses existantes sont d'une qualité exceptionnelle tant du point de vue de l'aspect de l'habitat que des espèces rares et menacées qu'elles renferment. Stang Prat ar Mel représente la zone type des bas-marais acides en Bretagne (source n° 54).

Les espèces remarquables, particulièrement l'entomofaune des zones tourbeuses et la flore menacée, font de cet espace à valeur régionale un site naturel très important pour les Côtes d'Armor. La protection d'une bonne partie du site a été mise en oeuvre, dans le cadre du programme national "Life, tourbières de France" (1996-1998) par la FCBE. L’association Forum Centre-Bretagne Environnement est propriétaire de 25,7 hectares, principalement de landes, qui sont gérés dans le sens de la conservation de cet important patrimoine biologique.

Milieux principaux :

Landes humides à tourbeuses basses, oligotrophes, à bruyères et scirpe cespiteux, au caractère quasi "fixé", avec une bonne abondance de lichens terricoles et de sphaignes ; landes mésophiles à ajonc nain et bruyère ciliée ; communautés végétales sur tourbe nue et dans des gouilles tourbeuses ; groupement à narthécie des marais (localisé) ; et nombreux groupements végétaux de bas-marais acides et tourbières tremblantes (à Carex rostrata, à Eriophorum angustifolium, à Potentilla palustris, à Eleocharis multicaulis, ...) dans la zone centrale et les cuvettes au sein les landes. Les saulaies-boulaies oligotrophes (à sphaignes) ou mésotrophes (diverses mousses), sont typées et diversifiées dans les secteurs les plus humides ou marécageux ; ces bois sont aussi retenus comme habitat déterminant pour la ZNIEFF.

Quelques prairies humides à jonc acutiflore restent diversifiées quand elles sont faiblement pâturées ou fauchées (faciès oligotrophes, méso-hygrophile à Nardus stricta, et hygrophile à Carum vertillatum)

Sur l’aval, magnocaricaies à Carex paniculata et étang mésotrophe.

Espèces remarquables :

Flore : présence de 3 espèces protégées au plan national : le lycopode des tourbières (Lycopodiella inundata, espèce rare pour la Bretagne, en régression dans le site mais surveillé), les rossolis à feuilles rondes et intermédiaire (Drosera rotundifolia et D. intermedia). La sphaigne de La Pylaie (Sphagnun pylaesii) espèce d'intérêt communautaire, possède dans ce site un réservoir assez important en situation de limite d'aire de répartition, mais dont il faudrait mieux connaître les localisations et l’abondance des stations afin de mieux surveiller son évolution (état de conservation). Au moins 15 autres espèces menacées dont la rare laîche blanchâtre (Carex curta), la gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe) et une micro hépatique des tourbières, rare en Bretagne : Cladopodiella francisci.

Le discret ascomycète Pseudoplectania sphagnicola a été trouvé dans le site au printemps 2012, il s’agit de la première donnée de ce champignon pour les Côtes d’Armor.

Faune :

Mammifères : le site est régulièrement fréquenté par la Loutre d'Europe (Lutra lutra)

Oiseaux : intérêt ornithologique autrefois important (limicoles nicheurs) mais observations à accroître pour déterminer l'intérêt actuel de l’avifaune du site qui doit rester assez important. La Fédération départementale de la chasse effectue des comptages de bécasses depuis 2010 et en conclut que la Réserve de chasse joue bien son rôle.

Invertébrés : une station d'Azuré des mouillères (Maculinea alcon alcon), papillon protégé et rare, lié à la gentiane pneumonanthe est toujours bien présente dans le site. Une fourmi de tourbière montagnarde, Formica picea, connue de quelques tourbières bretonnes, comme la sauterelle la Decticelle des alpages (Metrioptera saussuriana) ont été signalées.

Conditions actuelles de conservation : le site et ses habitats remarquables principaux bénéficient d’une protection foncière associative partielle mais importante avec le Forum Centre Bretagne Environnement. Il serait bon qu’à terme une protection plus complète puisse s’exercer (réglementaire, ou foncière étendue) pour garantir de toujours possibles destructions ou dégradations futures touchant aux habitats naturels humides périphériques qui sont indispensables à la survie de ce site tourbeux majeur (un étang privé à vocation cynégétique a été construit en 2002 dans une des parcelles en prairie humide).

Des travaux de génie écologique sont régulièrement réalisés (restaurations, étrépages), certains en collaboration avec la société de chasse communale dont le bail de chasse a été renouvelé fin 2009 avec le FCBE.

La mise en oeuvre à venir du programme Natura 2000 sur le Complexe des Montagnes Noires devrait pouvoir apporter des outils et moyens pour faire perdurer les efforts de conservation de ce site naturel remarquable.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible