Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 720000972
COTEAUX DE LA BASSE VALLÉE DU LOT - CONFLUENCE AVEC LA GARONNE

(n° régional : 48040000)

Commentaires généraux

Les coteaux de la basse vallée du Lot constituent un ensemble dominant la confluence de deux grandes rivières (le Lot et la Garonne). Occupés sur la partie sommitale d'affleurements calcaires, généralement orientés au sud, ces coteaux permettent l'installation d'une végétation calcicole thermophile parfois sub-méditéranéenne et représentée par les séries du chêne pubescent et du chêne vert.

Le Pech de Berre constitue la dernière grande entité remarquable et bien préservée de ces coteaux. Le restant de ces coteaux est beaucoup plus dégradé (forte progression des cultures), mais il offre de nombreux milieux souvent residuels d'intérêt écologique et floristique telles que les pelouses du méso-xérobromion et les landes xériques à genévriers, riches en orchidées et relativement intéressantes en terme de biodiversité.

Ces coteaux présentent de nombreuses espèces rares, parfois protégées occupant les milieux secs mais aussi les milieux plus frais, voire humides. On note, entres autres, la présence d'une orchidée protégée en région Aquitaine, très rare dont les 2 seules stations connues en région Aquitaine sont situées dans le département du Lot-et-Garonne, l'une étant située sur ces coteaux de la basse vallée du Lot. La seule station à Serapias en coeur (Serapias cordigera) du Lot-et-Garonne a été identifiée également sur ces coteaux en 1991 mais n'a, depuis, jamais été revue.

Le pech de Mathiot, le pech de Born, les pentes de Moncaubet, "Côte des Bellocs" restent peu connus et peu prospectés mais les potentialités floristiques de ces sites (notamment pour les orchidées), compte tenu de la roche mère et de l'orientation, sont réelles et nécessitent des compléments d'inventaires.

Ces coteaux présentent également des nombreuses potentialités pour l'avifaune en offrant de nombreux sites susceptibles d'être utilisés pour la reproduction. Les connaissances dans ce domaine, restent cependant relativement anciennes et des compléments d'inventaires permettraient de mieux apprécier la valeur écologique de ces coteaux à la confluence du Lot et de la Garonne.

Commentaires sur la délimitation

La première délimitation de la ZNIEFF (1984) comprenait l'ensemble des coteaux de la basse vallée du Lot entre Castelmoron-sur-Lot et Nicole, caractérisés par "la chênaie associée à des structures bocagères plus ou moins affirmées" (ZNIEFF, 1984). L'évolution récente de l'occupation du sol de ces coteaux, avec notamment une augmentation des surfaces cultivées, a profondément modifié les milieux en présence et réduit les milieux les plus remarquables. Les nouvelles limites de cette ZNIEFF retiennent en premier critère la nature de la roche affleurante, celle des calcaires blancs de l'Agenais (et selon la configuration du site, les molasses de l'Agenais). Les autres critères sont les pentes des coteaux, l'orientation du versant et l'occupation du sol, les milieux intensivement exploités sont exclus tandis que les prairies ou cultures plus petites ou plus extensives sont conservées au sein de la ZNIEFF de type II.