Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730011434
Vallon de Badet et soulane d'Aragnouet

(n° régional : Z2PZ0057)

Commentaires généraux

La zone « vallon de Badet et soulane d’Aragnouet », située dans le sud des Hautes-Pyrénées à proximité de la frontière espagnole, concerne la haute vallée d’Aure et en particulier le versant en rive gauche de la Neste du Badet et de celle d’Aragnouet plus en aval. Partant d’Escourateil le long de la Neste de Couplan, elle suit la ligne de crêtes de Traouès pour rejoindre le pic de Bugatet puis le pic Méchant, le pic de Campbieil, le Soum des Aguillous et le pic de la Géla pour rejoindre le pic de Piau. Elle coupe ensuite au milieu des estives, contournant la station de ski de Piau-Engaly pour rejoindre la chapelle des Templiers et enfin Fabian.

Elle englobe à la fois des terrains calcaires et des zones siliceuses, offrant ainsi une variété de biotopes et de conditions stationnelles pour la flore et les invertébrés.

Si une bonne partie du site est occupée par des pelouses à Nard, avec aussi une bonne diversité de pelouses de fétuques, la ZNIEFF est surtout marquée par l’abondance des éboulis et des falaises orientées vers le sud. Dans sa partie inférieure, on retrouve quelques prairies de fauche encore en activité.

Parmi les habitats présents, si on retrouve les principaux habitats pyrénéens, le site vaut surtout par la présence de forêts de pins de montagne à Rhododendron ayant conservé de fortes naturalité et typicité du fait des difficultés d’exploitation et de l’âge des peuplements, mais aussi des pelouses à Nard raide (Nardus stricta) riches en espèces. La diversité des pelouses calcicoles alpines et subalpines fait aussi l’originalité de ce site, avec notamment plusieurs types de pelouses à Festuca, cette ZNIEFF étant une des rares dans le massif pyrénéen à concentrer cette diversité dans ce type de pelouses sur un espace réduit.

Au-delà de la qualité propre des habitats présents, l’importance des habitats liés aux éboulis (avec la dualité éboulis alpins siliceux et éboulis thermophiles) et l’abondance des falaises continentales, tant siliceuses que calcaires, sont aussi un autre trait remarquable de ce site. Enfin, sur la zone, on retrouve quelques traces de glaciers anciens, essentiellement sous forme noire, témoignages d’une disparition récente.

On trouve sur la zone de très belles populations d’androsaces, notamment l’Androsace ciliée (Androsace ciliata), l’Androsace de Suisse (Androsace helvetica) et l’Androsace des Pyrénées (Androsace pyrenaica), ces 3 espèces étant protégées au niveau national, et de saxifrages comme la Saxifrage à longues feuilles (Saxifraga longifolia) et la Saxifrage d’Irat (Saxifraga pubescens subsp. iratiana), protégée en région Midi-Pyrénées, ainsi que plusieurs populations d’orchidées. Au total, 55 espèces de flore vasculaire protégées et à valeur patrimoniale sont relevées sur le site. Parmi les plus remarquables, on peut citer une fougère, le Cystoptéris des montagnes (Cystopteris montana), et la Kobrésie simple (Kobresia simpliciuscula) ou encore le Saule bicolore (Salix bicolor). Mais le point le plus remarquable tient en la présence du Lycopode à rameaux annuels (Lycopodium annotinum), cette espèce présentant ici les seules populations pyrénéennes. Les inventaires de bryophytes ont aussi révélé la présence de plusieurs espèces inféodées à la maturation forestière.

L’ensemble de la zone est très fréquenté par le Lézard des Pyrénées de De Bonnal, avec de belles populations, et voit la présence du Lézard vert jusqu’à 1 400 m (espèce non déterminante).

La partie haute de la ZNIEFF abrite l’Euprocte, présent dans tous les ruisseaux de la zone. Le Desman remonte quant à lui jusqu’au niveau du lac de Badette. Sa présence est toutefois tributaire de la qualité de l’ensemble du bassin versant depuis Saint-Lary. Les versants chauds orientés au sud fournissent aussi, du fait de l’abondance en reptiles, des zones d’alimentation très riches pour les grands rapaces (dont le Circaète Jean-le-Blanc). Le site a connu, en revanche, une nette diminution des populations de Grand Tétras du fait de la disparition relative des forêts. Celles-ci regagnant du terrain, elles offriront dans le futur un habitat plus important pour l’espèce.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF comprend un ensemble de versants qui s’emboîtent et délimitent un système allant de la limite du montagnard jusqu’à la partie nivale, à savoir les versants en rive gauche du vallon de Badet en altitude et le versant en soulane d’Aragnouet. En hauteur, elle est bordée par les pics des Aguilous, des Salettes, Campbiel, Méchant et Bugatet, puis par la ligne de crêtes qui descend vers Escourateil par les crêtes de Traouès. En bas de versant, ce sont le ruisseau du Badet en amont puis la Neste d’Aragnouet qui marquent la limite.

L’agencement des milieux permet aux espèces animales d’avoir sur une même zone leurs différents sites vitaux.

Le domaine de Piau-Engaly, très artificialisé, est exclu du périmètre. Hébergeant toutefois des données déterminantes, il est en revanche inclus dans la ZNIEFF de type 2 « Haute vallée d'Aure ».