Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730011924
Massif de l'Aston et haute vallée de l'Ariège

(n° régional : Z2PZ2068)

Commentaires généraux

La ZNIEFF du massif de l’Aston et de la haute vallée de l’Ariège étend ses 39 000 ha à l’est du département, de part et d’autre de la rivière Ariège. Comprise entre 550 et 2 912 m d’altitude (étages montagnard à nival), elle correspond à une partie de la haute chaîne des Pyrénées avec des paysages de haute montagne grandioses. La ZNIEFF est principalement sur substrat acide (gneiss et granite), avec des terrains calcaires au niveau de la pointe nord de son périmètre. Elle englobe quatre ZNIEFF de type 1 : « Vallée de l’Aston », « Rive gauche de la haute vallée de l’Ariège », « Versant en rive droite de la haute vallée de l’Ariège », « Ariège en amont d’Ax-les-Thermes ».

La forêt (hêtraie, hêtraie-sapinière) occupe une large place à l’étage montagnard. Les vastes zones d’estives comprennent des landes, landines et pelouses subalpines et alpines qui dominent le paysage. Les falaises et les éboulis sont également très présents sur la zone, créant un univers très minéral à partir d’une certaine altitude. Les zones humides d’altitude et plus particulièrement les zones tourbeuses sont aussi une caractéristique de cette zone, comme les tourbières du plateau de Beille ou de la vallée de Lavail. La ZNIEFF se caractérise également par la présence de quelques plans d’eau naturels et artificiels et d’un réseau hydrographique dense. La zone représente un important bassin collecteur d’un point de vue hydrologique pour la haute vallée de l’Ariège. Deux stations de ski sont incluses dans la zone.

La ZNIEFF occupant les étages de végétation montagnard (voire collinéen) à nival, les milieux qui la composent sont nombreux et variés. On y trouve entre autres : un complexe de micro-habitats tourbeux et humides comme les buttes à sphaignes, bas-marais acides à sphaignes et à Carex des bourbiers (Carex limosa), tourbières de transition, tourbières à Narthécie (Narthecium ossifragum), radeaux à Trèfle d’eau (Menyanthes trifoliata) et Potentille des marais (Potentilla palustris), boisements humides et mégaphorbiaies (végétations à hautes herbes). Ces habitats occupent des surfaces importantes comme sur le plateau de Beille, mais font aussi des formations plus ponctuelles dans des pentes ou en bord de ruisseau ou de lac – outre leur intérêt en tant habitats d’espèces (intérêt patrimonial régional et européen), ces milieux jouent un rôle important d’un point de vue fonctionnel (atténuation des effets de crues par stockage d’eau, ralentissement des ruissellements de surface) ; les milieux forestiers avec les hêtraies, hêtraies-sapinières et forêts de Pin à crochets (Pinus uncinata) ; les prairies de fauche de montagne ; les pelouses à Gispet (Festuca eskia) bien présentes à partir de l’étage subalpin ; les landes et landines de montagne comme les landes à myrtilles et Azalée naine (Loiseleuria procumbens) ; les communautés végétales des combes à neige ; les habitats rocheux, éboulis et falaises, bien représentés dans la partie haute de la ZNIEFF.

D’un point de vue floristique, les éléments patrimoniaux concernent différents habitats. La flore de milieux humides et tourbeux est bien représentée avec des espèces comme le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia), le Lycopode inondé (Lycopodiella inundata), le Saule des Lapons (Salix lapponum) protégés au niveau national, la Linaigrette engainante (Eriophorum vaginatum), l’Isoète des lacs (Isoëtes lacustris) et la Subulaire aquatique (Subularia aquatica), protégés en Midi-Pyrénées, ou encore la Potentille des marais, espèce protégée en Ariège. Le Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia, protégé nationalement) est aussi mentionné pour la zone, et serait l’unique station de cette espèce pour l’Ariège. Ces zones humides accueillent aussi une flore bryophytique (sphaignes) diversifiée et remarquable. Les milieux rocheux abritent des espèces spécialisées patrimoniales comme des saxifrages (Saxifraga geranioides, Saxifraga pentadactylis, Saxifraga rotundifolia...). Les espèces déterminantes caractéristiques des pelouses d’altitude sont : l’Œillet en delta (Dianthus deltoides), la Gentiane de Burser (Gentiana burseri), la Gentiane des Pyrénées (Gentiana pyrenaica), le Lis des Pyrénées (Lilium pyrenaicum), les Gagées jaune et de Liotard (Gagea lutea, Gagea fragifera), la première étant protégée au niveau national, entre autres. D’un point de vue faunistique, les intérêts concernent différents groupes. Pour ce qui est des mammifères, le Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus) et la Loutre d’Europe (Lutra lutra), deux espèces semi-aquatiques à haute valeur patrimoniale (protection et liste rouge nationales, annexe II de la directive « Habitats-Faune-Flore » en particulier), sont présentes. Sur le plan ornithologique, la zone est importante pour les galliformes de montagne : le Grand Tétras (Tetrao urogallus), la Perdrix grise de montagne (Perdix perdix hispanicus) et le Lagopède alpin (Lagopus mutus) sont nicheurs sur la zone, et tous font partie de la directive « Oiseaux ». La Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) est aussi connue nicheuse sur le site. La ZNIEFF est d’une importance majeure pour la conservation de reptiles et d’amphibiens endémiques et à forte valeur patrimoniale comme le Lézard des Pyrénées d’Aurelio (Iberolacerta aurelioi), le Lézard agile de Garzón (Lacerta agilis garzoni) et l’Euprocte des Pyrénées (Euproctus asper). Enfin, l’entomofaune est également concernée avec la présence de papillons patrimoniaux des pelouses d’altitude dont entre autres la sous-espèce pyrénéenne de l’Apollon (Parnassius apollo pyrenaica), l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion) ou le Damier de la succise (Euphydryas aurinia). Ces trois espèces sont protégées nationalement.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF correspond à la zone de montagne qui se développe autour de la vallée d’Aston et de la haute vallée de l’Ariège (en amont d’Ax-les-Thermes). Elle correspond à une vaste zone incluant deux vallées orientées sud-nord. La limite nord correspond à la vallée de l’Ariège en aval d’Ax-les-Thermes ; la limite sud s’appuie sur la ligne de crêtes frontalières de l’Andorre. À l’est, le contour suit la ligne de crête entre la vallée de l’Ariège et la vallée d’Orlu, et à l’ouest la ligne de crête entre les vallées d’Aston et du Siguer-Vicdessos. Une partie de la ZNIEFF est un site Natura 2000 au titre de la directive « Habitats » (« Vallée de l’Aston - FR7300827 »). Deux domaines skiables sont intégralement inclus dans la zone : celui de Beille et celui d’Ax-Bonascre, très riches en enjeux naturels (galliformes patrimoniaux, flore déterminante et protégée, rhopalocères, rapaces etc). Le bâti de la station d’Ax, de taille jugée négligeable par rapport à la surface de la zone, n’a pas été détouré.