Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730011977
Le Plantaurel occidental

(n° régional : Z2PZ0284)

Commentaires généraux

La ZNIEFF correspond à la partie la plus occidentale du Plantaurel située entre la vallée de l’Arize et l’extrémité ouest de ce chaînon. Elle correspond à un chaînon calcaire, avec des pentes importantes ainsi que des zones de roches affleurantes et de falaises. Le bas des coteaux où les pentes sont plus douces est occupé par l’agriculture menée ici de façon extensive et traditionnelle. La ZNIEFF est soumise à une double influence bioclimatique : méditerranéenne pour la partie est, et plus atlantique pour la partie ouest. La physionomie de la végétation et du paysage est variée (pelouses sèches, affleurements rocheux, falaises, prairies de fauche, fruticées sclérophylles méditerranéennes, forêts de Chêne pubescent). La zone inclut un ensemble karstique remarquable avec un milieu souterrain exceptionnel et de nombreuses cavités. Un important réseau de mares participe également à la mosaïque paysagère. Le réseau hydrographique aussi est important (affluents de l’Arize).

Les principaux milieux d’intérêt sont : les milieux agropastoraux avec une surface importante de la ZNIEFF occupée par des prairies de fauche et des pelouses sèches sur calcaire (pelouses à orpins, pelouses sèches du Xerobromion) ou encore des landes à Genévrier ; les milieux rocheux et de falaises, habitat de nombreuses espèces spécialisées ; la sapinière de basse altitude de Montbrun ; des milieux humides (aulnaie marécageuse, tourbières alcalines...).

Outre leur intérêt en tant qu’habitats, ces milieux jouent un rôle important d’un point de vue fonctionnel : épuration des eaux, atténuation des effets de crues par stockage d’eau, ralentissement des ruissellements de surface, et ce d’autant plus dans le contexte géologique local : karst calcaire potentiellement drainant.

Les intérêts floristiques sont divers et liés aux différents milieux présents sur le site : l’abondance d’espèces à affinités méditerranéennes comme le Chêne vert (Quercus ilex), la Lavande à larges feuilles (Lavandula latifolia), le Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus), la Leuzée conifère (Leuzea conifera) ; les orchidées de pelouses sur calcaire, particulièrement bien représentées sur le site avec entre autres l’Ophrys jaune (Ophrys lutea), l’Orchis odorant (Orchis coriophora subsp. fragrans), protégé au niveau national, l’Ophrys sillonné (Ophrys sulcata) ; la présence d’espèces patrimoniales de milieux humides comme le Mouron délicat (Anagallis tenella), la Linaigrette à larges feuilles (Eriophorum latifolium), l’Osmonde royale (Osmunda regalis) ; ainsi que l’abondance d’espèces liées aux cultures, présentes dans les cultures ou les anciennes terrasses de cultures avec l’Adonis d’automne (Adonis annua), la Renoncule des champs (Ranunculus arvensis), le Myagre perfolié (Myagrum perfoliatum), la Petite brize (Briza minor)... La ZNIEFF accueille par ailleurs plusieurs espèces de chauves-souris qui utilisent le site comme zone d’alimentation, de reproduction ou d’hibernation. Les enjeux concernant l’avifaune sont également très importants avec la présence d’espèces patrimoniales nicheuses dans les falaises : vautour Percnoptère (Neophron percnopterus), Grand-duc d’Europe (Bubo bubo) et Martinet à ventre blanc (Apus melba). Les oiseaux des milieux bocagers, boisés ou semi-boisés sont aussi bien représentés : Aigle botté (Hieraaetus pennatus), Milan royal (Milvus milvus), Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio)... L’entomofaune aussi est riche. Des espèces de papillons comme le Damier de la succise (Euphydryas aurinia), protégé nationalement, l’Aurore de Provence (Anthocharis belia euphenoides) et l’Azuré du serpolet (Maculinea arion), protégé nationalement, sont régulièrement observés. Le Lézard hispanique (Podarcis hispanica) et le Seps strié (Chalcides striatus) trouvent sur le site des habitats thermophiles particulièrement propices à leur présence. Le très dense réseau de mares abrite quant à lui des cortèges d’amphibiens ; le Triton marbré (Triturus marmoratus), le Crapaud accoucheur (Alytes obstreticans) ou la Rainette méridionale (Hyla meridionalis) se rencontrent régulièrement sur la ZNIEFF.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF fait partie du bassin versant de l’Arize à l’exception de l’extrême sud-ouest qui déborde sur le bassin du Volp. Elle se situe sur la partie ouest du chaînon calcaire du Plantaurel (qui fait l’objet de la ZNIEFF de type 2 « La Plantaurel »), entre la cluse de la vallée de l’Arize (mas d’Azil) et l’extrémité occidentale du chaînon. Cela correspond à un ensemble homogène d’un point de vue géomorphologique, et cohérent d’un point de vue écologique : habitats à affinités méditerranéennes riches en espèces déterminantes, zones de reproduction et de chasse pour la faune patrimoniale (chiroptères, avifaune). La zone autour du mas d’Azil, plus artificialisée voire urbanisée, en a été exclue. Le versant orienté ouest qui surplombe le Volp, moins riche de données déterminantes, n’est pas inclus. Le réseau hydrographique de l’Arize fait l’objet d’une ZNIEFF indépendante.