Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730011985
Cours de l'Hers

(n° régional : Z2PZ0468)

Commentaires généraux

Le réseau hydrographique de l’Hers, d’une longueur de 135 km, draine l’ensemble du relief situé au sud-est du département de l’Ariège (09) et une faible partie des départements de l’Aude (11) et de la Haute-Garonne (31). Il s’agit d’un affluent rive droite de la rivière Ariège dont la confluence se situe à Cintegabelle (31). Tout au long de son tracé, l’Hers est assez sinueux. En amont, ce cours d’eau a un aspect typiquement torrentueux. À partir de Bélesta, la pente diminue progressivement pour conférer au cours d’eau, à partir du Peyrat, l’allure d’une petite rivière de plaine à forte pente. Au niveau de Moulin-Neuf, le tracé sinueux mais jusqu’ici globalement dirigé nord - nord-est marque un coude vers l’ouest, alors que la vallée restée assez étroite (moins de 1 km de large) s’élargit considérablement à l’approche de Mirepoix. À partir de Mirepoix et ce jusqu’à la confluence, l’Hers longe les coteaux du Lauragais situés sur sa rive droite. Les villages se trouvent sur cette rive du cours d’eau afin d’éviter les inondations. Au contraire, la rive gauche est plus plane, inondable, et supporte les cultures de maïs et de tournesol irriguées à partir des eaux de la rivière.

L’Hers, de par sa mobilité, se singularise par la présence de milieux annexes variés : bras secondaires, bras morts, etc. La dynamique de la rivière fait que les lits mineur et majeur de l’Hers montrent une diversité de milieux naturels importante. On remarque de beaux complexes d’habitats riverains : forêts riveraines de Saule blanc (Salicion albae), forêts de type aulnaie-frênaie (Alnion glutinoso-incanae), végétation herbacée riveraine de type mégaphorbiaie. Les communautés végétales amphibies et aquatiques sont aussi bien représentées : groupement de petits potamots, végétation des bancs de graviers et des berges vaseuses, roselières, etc. Un autre habitat remarquable de ce site correspond aux groupements de végétations liés aux sources d’eaux dures (alliance phytosociologique du Cratoneurion) qui se développent au niveau de résurgences d’eaux souterraines. Un des intérêts majeurs du site réside dans la présence de la Loutre d’Europe (Lutra lutra) et du Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus), la première dans la partie médiane de l’Hers, le second sur la partie haute. D’autres mammifères déterminants ont aussi été notés : le Putois et le Grand Rhinolophe. L’avifaune liée au réseau hydrographique est également bien représentée avec la présence de la Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus), du Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), du Petit Gravelot (Charadrius dubius), du Râle d’eau (Rallus aquaticus), du Héron bihoreau (Nycticorax nycticorax)... Sur les berges abruptes de l’Hers et des gravières adjacentes nichent le Guêpier d’Europe (Merops apiaster) et l’Hirondelle de rivage (Riparia riparia). La faune piscicole est également importante avec la présence du Chabot (Cottus sp.) dans la partie amont, de l’Anguille (Anguilla anguilla), du Brochet (Esox lucius), de la Tanche (Tinca tinca) et du Rotengle (Scardinius erythrophtalmus) plus en aval. Du point de vue de l’entomofaune, les milieux sont propices à la présence de libellules d’intérêt. La Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), espèce de la directive « Habitats - Faune - Flore » et dont les populations du bassin de l’Hers sont pour l’instant les seules connues en Ariège, le Caloptéryx hémorrhoïdal (Calopteryx haemorrhoidalis haemorrhoidalis) et la Libellule fauve (Libellula fulva) ont été recensés sur la ZNIEFF. Concernant la flore, nous pouvons mentionner l’Orme lisse (Ulmus laevis), présent de façon ponctuelle dans la ripisylve et ici en limite sud de son aire de répartition, et le Potamot fluet (Potamogeton pusilus), un potamot à feuilles submergées.

Commentaires sur la délimitation

Cette zone correspond à la rivière « Hers » à partir de Fougax-et-Barrineuf, en amont de Bélesta, jusqu’à sa confluence avec l’Ariège à Cintegabelle. Elle est centrée sur le lit mineur auquel s’ajoutent les berges en contact direct avec celui-ci et différents habitats constituant le lit majeur en présence de données déterminantes. Les éléments du lit majeur bien préservés mais dont les enjeux naturels n’ont pas été mis en évidence sont intégrés dans la ZNIEFF de type 2 « L’Hers et ripisylves ».