Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730012070
Massif du Bouireix et Montagnes de Sourroque

(n° régional : Z2PZ0416)

Commentaires généraux

La ZNIEFF des « massif de Bouireix et montagnes de Sourroque » s’étend au nord du massif du mont Valier, et correspond à un ensemble de petits massifs de moyenne altitude (altitude maximale : 1 870 m / altitude moyenne : 900 m) entre les vallées du Salat et du Lez. La géologie complexe de la zone induit la juxtaposition de calcaires et de marnes dans la partie nord avec des zones de roches métamorphiques (gneiss) et magmatiques (granites). Les conditions locales qui y règnent, notamment dans la partie nord, en font une zone sèche relativement originale dans le contexte de l’ouest ariégeois. D’un point de vue paysager, même si les milieux forestiers dominent, il existe de beaux ensembles de milieux agropastoraux : landes, pelouses sèches et prairies de fauche. L’agriculture est une agriculture de montagne de type extensif. Globalement, les réseaux de haies entre les parcelles sont bien conservés dans les zones de bocages des vallées, ce qui confère, avec la présence de granges isolées, un attrait particulier au paysage. Enfin, les milieux rocheux (falaises et affleurements) marquent aussi le paysage.

Les milieux forestiers sont variés avec : les frênaies-chênaies et chênaies-charmaies aquitaniennes situées de façon générale dans les fonds de vallons et les versants froids et humides ; les bois occidentaux de Chêne pubescent ; les hêtraies sur calcaire (Cephalanthero-fagion) ; les forêts de ravins (Tilio-acerion) présentes par différents faciès à la fois sur les fortes pentes calcaires en exposition sud et des fonds de vallons confinés et plus froids. Ces deux derniers types de milieux forestiers sont des habitats d’intérêt patrimonial européen au sens de la directive « Habitats ». Les habitats agropastoraux sont aussi bien représentés avec des pelouses sèches sur calcaire riches en orchidées, de type Mesobromion, des pelouses sèches sur débris rocheux (Alysso-Sedion albi), des prairies de fauche de basse altitude et des prairies de fauche de montagne, tous étant des habitats de la directive « Habitats ». Les milieux rocheux représentent également un intérêt certain avec des communautés végétales de falaise particulières (Saxifragion mediae), ou en accueillant les aires de rapaces patrimoniaux. Les grottes abritent une faune d’invertébrés très spécialisée avec un fort taux d’endémisme, et sont aussi le lieu de reproduction d’espèces de chauves-souris. Des zones tourbeuses d’intérêt se rencontrent aussi sur la ZNIEFF (forêt domaniale du Castera) avec un complexe de micro-habitats tourbeux et humides déterminants : buttes à sphaignes, bas-marais, landes et bois humides. Outre leur intérêt en tant qu’habitats d’espèces, ces milieux jouent un rôle important d’un point de vue fonctionnel : atténuation des effets de crues par stockage d’eau, ralentissement des ruissellements de surface.

Les zones humides et tourbeuses abritent des espèces floristiques patrimoniales : des cortèges de sphaignes, le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) et le Lycopode inondé (Lycopodiella inundata), tous deux protégés nationalement, la Gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe) ou encore le Rhynchospore blanc (Rhynchospora alba). La ZNIEFF présente aussi une diversité mycologique intéressante : 68 espèces déterminantes de champignons sont connues à ce jour. Sur le plan faunistique, la ZNIEFF présente des intérêts variés. L’avifaune est bien représentée avec la présence sur les parties sommitales de galliformes de montagne comme le Grand Tétras (Tetrao urogallus) et la Perdrix grise de montagne (Perdix perdix hispanicus), nicheurs et ici en limite nord de leur aire de répartition. Les rapaces patrimoniaux dont le Faucon pèlerin et le vautour Percnoptère occupent aussi l’espace (reproduction et alimentation). En ce qui concerne les mammifères, le Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus), espèce endémique, et la Loutre d’Europe (Lutra lutra), tous deux d’intérêt patrimonial européen, sont présents dans les cours d’eau. Enfin, de nombreuses espèces déterminantes de mollusques, d’insectes, de vers et de crustacés cavernicoles sont présentes dans les grottes de la zone, avec pour ces espèces un taux d’endémisme élevé et une valeur patrimoniale importante aux échelles nationale et européenne.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF des « massif de Bouireix et montagnes de Sourroque » correspond à la zone de moyenne montagne comprise entre les vallées du Salat (à l’est), du Lez (à l’ouest) et du Bethmale (au sud). Elle constitue ainsi une entité géographique homogène. Les zones périphériques davantage habitées et/ou dont les enjeux naturels identifiés actuellement sont moindres ont été exclues. C’est le cas notamment au nord pour la partie en périphérie de Saint-Girons. Les rivières Lez et Salat ne font pas partie de la zone, et font l’objet de ZNIEFF distinctes. L’ensemble de la zone fait l’objet d’un réseau dense de données déterminantes.