Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730012176
Estives de Peyresourde à Pouyaué

(n° régional : Z2PZ0059)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF est un secteur de moyenne montagne situé en rive droite de la vallée du Louron, dans la partie supérieure du versant de Peyresourde. La zone est limitrophe avec le département de la Haute-Garonne. Le contour amont passe par les crêtes allant du Pouyaué vers le col de Peyresourde, jusqu’au cap de la Pène. Le contour aval longe la route du col et le village de Mont.

Le paysage est dans sa majorité constitué de pelouses et de landes basses. C’est globalement une zone d’estive au relief doux et arrondi, ponctuée de quelques bois ou petites forêts. Le relief est marqué par deux vallons principaux : celui de Balestas (ou du col de Peyresourde) et celui de la Coume Longue. Le climat est montagnard, et la zone reste sous l’influence dominante des flux d’ouest. Le secteur ne présente pas de lac. En revanche, beaucoup de sources, suintements et ruissellements drainent la zone.

Cinq petits ensembles forestiers occupent la zone pour une surface totale d’environ 10 à 15 %. Ils comprennent quatre sapinières dont une plantation de mélèzes (forêt de protection contre les avalanches) et une chênaie. Ces derniers sont déterminants pour la zone, car ils hébergent des espèces patrimoniales de faune ou de flore.

L’habitat déterminant (42.133) « sapinière à Rhododendron » représente environ 3 % de la zone, les landes et pelouses étant les habitats dominants. L’état de conservation des milieux est bon, mais le surpiétinement des troupeaux et hardes de cervidés peut endommager l’un ou l’autre de ces habitats sur certains secteurs surfréquentés.

5 espèces floristiques déterminantes ont été notées sur la zone : la Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra) qui est une orchidée inféodée aux peuplements clairs de feuillus en soulane, les autres espèces étant caractéristiques des milieux ouverts de pelouses et prairies.

L’enjeu majeur du site repose sur la présence de galliformes de montagne. Le Grand Tétras occupe au moins deux des noyaux forestiers de la zone, avec de faibles effectifs cependant.

La Perdrix grise de montagne, la mieux représentée, et le Lagopède alpin, rare sur la zone, sont également cités comme fréquentant les secteurs de pelouses et les croupes.

On peut noter que pour les espèces faunistiques, la configuration du relief joue un rôle de corridor entre les massifs de Neste-Barousse et ceux des hautes vallées du Luchonnais et du Louron.

En ce qui concerne le Grand Tétras notamment, les petits ensembles forestiers jouent vraisemblablement un rôle de connexion stratégique entre les massifs du nord et ceux du cœur de la chaîne.

La sapinière de Balestas mérite une attention particulière quant à la quiétude nécessaire aux espèces patrimoniales présentes, sensibles aux dérangements, notamment le Grand Tétras.

L’accès routier à la station de Peyresourde depuis l’altiport devrait permettre une diminution de la fréquentation depuis « le chemin des champs de neige » et ainsi apporter une relative tranquillité en lisière supérieure de la sapinière de Balestas, au bénéfice des espèces sensibles de galliformes (Grand Tétras) et/ou de grands rapaces. Cependant, la fréquentation de l’altiport reste un facteur limitant à l’installation de grands rapaces dans ce secteur.

La baisse de fréquentation pastorale est vraisemblablement le facteur d’évolution qui, à terme, pourrait être le plus dommageable à la diversité floristique notamment. À l’image des recrûs forestiers de chênes (lisière sud de la sapinière de Seube), la fermeture des zones altitudinales inférieures par des séries de végétation progressives se fait déjà remarquer.

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la zone reposent d’abord sur la répartition des habitats hébergeant les espèces phares du site (essentiellement les galliformes), à savoir boisements, landes et pelouses, et dans un second plan sur la répartition des stations d’espèces floristiques déterminantes.

Les contraintes du milieu physique sont aussi un critère ayant influencé les contours. En particulier la limite est correspond à la crête matérialisant la limite départementale avec la Haute-Garonne, et la limite nord-ouest s’appuie sur le cours du ruisseau de Coume Longue. Au sud, la limite suit la crête de Serias, et le domaine skiable de Peyresourde et l’altiport, très artificialisés et pauvres en données déterminantes, sont exclus.