Logos SINP

ZNIEFF 730012179
Dortoir de Milan royal d'Esparros

(n° régional : Z2PZ0053)

Commentaires généraux

Cette zone fait partie d’un grand ensemble de collines boisées en bordure du plateau de Lannemezan. Le site est constitué de quelques collines de faible altitude couvertes pour moitié de peuplements de feuillus, chênaie-hêtraie en majorité. Le reste est composé d’un maillage de prairies naturelles, de landes, de haies et de bosquets. Le sous-sol est parcouru par un réseau de grottes naturelles dû au ruissellement des eaux sur les substrats calcaires.

Les bois de pentes sont le plus souvent des futaies âgées relativement préservées. L’exploitation y est modérée.

Concernant les espèces, le site a été retenu principalement en raison de l’utilisation de la forêt par les milans royaux. En effet, chaque hiver, de novembre à février, ces milans, après s’être nourris dans les prairies naturelles des Baronnies mais aussi sur le site d’enfouissement d’ordures de Lannemezan, passent chaque nuit regroupés dans des dortoirs au sein des bois de chênes et de hêtres.

Le Milan royal est protégé sur l’ensemble du territoire français par l’arrêté 1 du 17/04/1981. Il figure en annexe I de la directive « Oiseaux » et en annexe II des conventions de Berne, de Bonn et de la CITES. La population hivernante en France en janvier 2007 peut être estimée à 5 800 individus.

Ce site dortoir revêt une grande importance dans le maintien de cette espèce menacée au niveau mondial, car il est primordial dans la stabilité des effectifs de par le rassemblement d’une centaine d’individus.

On note par ailleurs la présence de populations de Coronelle girondine (taxon ibéro-maghrébin) en disjonction d’aire, liée à des corrections édaphiques et topographiques dans un contexte collinéen-montagnard humide (fort drainage et température élevée au niveau du sol, pente sensible, roche mère perméable et exposition au sud, ensoleillement et évaporation accrus par l’ouverture du milieu due au pâturage des pelouses parsemées de chênes pubescents).

La Decticelle aquitaine (Zeuneriana abbreviata), une sauterelle endémique franco-espagnole, est également présente sur le site.

Le gouffre d’Esparros, la grotte de Labastide et tout le réseau de galeries y attenant présentent un intérêt potentiel non négligeable pour les chauves-souris.

Commentaires sur la délimitation

Le bois d’Arramès a été retenu pour sa capacité à abriter un dortoir hivernal de milans royaux et, les oiseaux étant mobiles au cours de l’hiver, le bois dans son ensemble a été sélectionné. Un ensemble de prairies environnantes ont été incluses en tant que territoire de chasse. L’aire de vigilance associée à la présence de la Coronelle girondine a également participé à la définition des contours.