Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030068
Plateau et escarpements de la Forêt de Marnaves et Milhars

(n° régional : Z1PZ0580)

Commentaires généraux

La ZNIEFF se situe à l’extrémité nord-est d’un anticlinal dont le bombement le plus connu est celui de la Grésigne. Elle s’insère sur un dôme plus modeste triaso-liasique fortement escarpé sur son flanc et délimitant la vallée du Cérou. Sa seule partie plane concerne sa ligne de crête se prolongeant au sud-ouest. Une combe conséquente creusée par le ruisseau de Comberouzal borde la frange nord-ouest.

Seul le sud-ouest est consacré à l’agriculture de type agropastoral. Une partie du plateau est destinée à la sylviculture (Pin sylvestre et Mélèze d’Europe). Le reste du site est une intrication de milieux ouverts et fermés, d’affinité calcique, dominés par la strate arbustive. La strate arborescente se répartit uniquement dans les combes, la partie sud de la ZNIEFF et, en lambeaux linéaires, sur l’escarpement nord et entre la ligne de crête et l’escarpement du roc de Bartou.

De nombreuses espèces déterminantes appartenant au cortège méditerranéen ou subméditerranéen se répartissent dans les pelouses sèches, fruticées, matorrals et lisières xérothermophiles.

Certaines, surtout liées au substrat rocheux, font partie de la liste rouge régionale en zone « plaine » : la Leuzée conifère (Leuzea conifera), le Lin à feuilles de soude (Linum suffruticosum subsp. appressum), la Germandrée des montagnes (Teucrium montanum) et le Pistachier térébinthe (Pistachia terebinthus)..

Le Circaète Jean-le-Blanc, espèce sensible dans la région, est nicheur dans les boisements de conifères. Il bénéficie de la tranquillité du secteur et de vastes territoires de chasse à découvert.

Un cortège agrosystème utilise la variété des habitats liés à chaque espèce : la Fauvette passerinette, localisée dans la région, retrouve ici son milieu de prédilection pour cette espèce méditerranéenne ; la Pie-grièche écorcheur, en déclin en France, mais encore bien représentée dans la région, partage le même milieu et profite aussi du milieu bocager. La Tourterelle des bois, en déclin en France, mais encore bien présente en zone de plaine de la région, a sa préférence pour les lambeaux de bois ; l’Alouette lulu, espèce à surveiller en France, est particulièrement bien présente dans la zone agropastorale de la ZNIEFF.

Une grotte située dans l’escarpement abrite d’importantes colonies de chauves-souris.

Plusieurs centaines d’individus de Rhinolophe euryale y séjournent en transhumance ; cette espèce est en régression en France, et classée vulnérable et quasi menacée ; la région, qui conserve un bon contingent, a une responsabilité particulière à son égard.

Le Petit Rhinolophe, espèce sensible dans la région, séjourne en très faibles effectifs sur le site.

Une population apparemment importante de Cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata) utilise les zones de sources et suintements comme lieux de pontes. Cette espèce récemment recensée dans le Tarn est rare et localisée dans la région (Aveyron, Pyrénées). Cette espèce est considérée comme vulnérable sur la liste UICN.

On peut noter la présence de la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii) sur le plateau, qu’elle utilise comme terrain de chasse ; elle se reproduit probablement sur le Cérou. Cette espèce est considérée comme quasi menacée sur la liste UICN, et est inscrite aux annexes II et IV de la directive « Habitats ».

Toute la ZNIEFF est incluse dans une zone de protection spéciale de la directive « Oiseaux ».

Commentaires sur la délimitation

La vallée du Cérou forme la limite au nord et à l’est. À l’ouest, le site exclut les parcelles agricoles, mais conserve une partie bocagère pour le cortège oiseaux agrosystème. Certaines zones boisées sont exclues au nord-ouest et au sud pour leur moindre intérêt au niveau floristique. À l’extrême sud, au niveau du lavoir, les limites vont volontairement inclure une source pour une libellule spécifique.