Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030165
Bois de l'Ombrette

(n° régional : Z1PZ0855)

Commentaires généraux

Sur le plan géologique, la zone se situe à la limite de deux milieux : d’une part, en limite occidentale du causse de Sévérac sur des terrains calcaires de l’hettangien, dans le petit secteur dit « du plateau des Cans » ; d’autre part, sur le reste de la zone, sur des argiles schisteuses et gréseuses du permien.

Les milieux déterminants sont de deux ordres : d’une part, les pelouses calcicoles, parfois envahies par les buis, installées sur des terrains calcaires ; d’autre part, les bois de feuillus : chênes et, accessoirement, hêtres et châtaigniers.

Au niveau de la flore, les deux espèces principales – qui n’ont pas été revues au cours des cinq dernières années – sont l’Ophrys de l’Aveyron (Ophrys aveyronensis) et l’Ophrys d’Aymonin (Ophrys aymoninii). Ces deux espèces sont protégées au niveau national. On note également une belle richesse mycologique avec 18 espèces déterminantes. On doit citer notamment : Boletopsis grisea, un rare polypore connu de quatre stations en Aveyron, dont la présence à tendance montagnarde ou au moins collinéenne sur une station très ensoleillée à basse altitude en chênaie pubescente est surprenante (deux stations en Midi-Pyrénées dans les départements 09 et 65) – pour Bon (2004), ce champignon est peu commun, et rare pour Corriol et al. (2004) ; Cantharellus melanoxeros, une rare chanterelle qui présente un intérêt régional, connue de trois stations en Midi-Pyrénées dans les départements 09, 65 et 81, citée par Bon (2004) comme peu commune, très rare par Courtecuisse et al. (2007), et enfin rare par Corriol et al. (2004) ; Cortinarius xanthophyllus, présent en Midi-Pyrénées avec cinq mentions dans les départements 09 et 81 – Bon (2004) considère que cette espèce est assez commune pour le Sud de la France, et assez rare à très rare pour Courtecuisse et al. (2007) ; Cortinarius rapaceus, qui ne fait l’objet que d’une seule mention en Midi-Pyrénées dans le département 46 en 1979, est considéré comme assez commun par Bon (2004), et assez commun à rare par Courtecuisse et al. (2007) ; avec onze mentions en Midi-Pyrénées, toutes dans le département ariégeois, Russula mesospora présente un intérêt régional ; enfin, le Bolet royal (Boletus regius), peu commun en Aveyron et connu en Midi-Pyrénées (09, 46, 65 et 81), est assez rare à très rare pour Courtecuisse et al. (2007), et assez commun au sud selon Bon (2004). À signaler enfin la découverte récente de 3 autres espèces déterminantes : Lactarius acris en 2007, la Moschatelline (Adoxa moschatellina), et le Narcisse des poètes (Narcissus poeticus subsp. poeticus), toutes deux en avril 2009. Au niveau de la faune, deux espèces de coléoptères saproxyliques doivent être signalées : les cétoines Liocola lugubris et Gnorimus variabilis.

Commentaires sur la délimitation

La zone comprend les milieux boisés sur les coteaux qui se situent à l’ouest du hameau de Gagnac. Le site comprend également au sud de Malrieu une zone occupée par des pelouses calcicoles sèches.