Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030185
Pelouses, landes et bois du Mont Panicou, de Terret, de Belleguine et de la Combe Duberte

(n° régional : Z1PZ0218)

Commentaires généraux

Localisée dans le sud-est du Quercy blanc du département du Lot, la ZNIEFF s’étend sur un axe nord-sud à l’est de la commune de Belaye. La pointe nord du mont Panicou flirte avec les méandres du Lot, tandis que sa limite sud arrive au nord du village de Rouffiac. La partie est du périmètre longe le ruisseau de Lissourgues, non compris dans la zone, sûrement due à son caractère agricole trop marqué. L’ambiance est majoritairement thermophile avec la présence de strates herbacées rases de types pelouses sèches, en passant par des landes à éricacées, jusqu’au stade forestier. Les combes comprises dans la zone alimentent en aval le ruisseau de Baudenque, et hébergent les quelques espèces de zones humides.

Les pechs de Panicou (au nord) et Méla (au sud) accueillent donc les zones de pelouses sèches mésophiles ou xérophiles, selon la texture du sol, qui sont typiques du secteur géographique du Quercy. Les espèces phares sont, par exemple, l’Armoise blanche (Artemisia alba), la Lavande à larges feuilles (Lavandula latifolia) ou la Leuzée conifère (Leuzea conifera), qui montrent une certaine influence méditerranéenne. Il faut noter la présence d’une grosse population de Marguerite de la Saint-Michel (Aster amellus), espèce protégée au niveau national, qui flirte ici avec sa limite de répartition ouest. Parmi les autres espèces déterminantes présentes dans ce secteur, on trouvera le Dorycnium hirsute (Dorycnium hirsutum) et le Sérapias en soc (Serapias vomeracea) qui affectionnent les zones sèches calcaires. Dans cette ambiance calcaire, on note ponctuellement un habitat sur silice avec un cortège d’espèces annuelles typiques composé notamment de la Cotonnière de France (Logfia gallica), du Silène de France (Silene gallica) ou encore de l’Ornithope comprimé (Ornithopus compressus). Cet habitat siliceux est peu distribué dans le Lot en dehors de la Bouriane et du Ségala. Ces pelouses sont en contact avec d’autres habitats que l’on peut appeler « pelouses acides méditerranéennes ». En lien avec les sous-bois clairs thermophiles sur sol siliceux, 2 espèces de bruyère sont présentes : la Bruyère à balais (Erica scoparia) et la Bruyère vagabonde (Erica vagans). Cette dernière est très rare et protégée dans le Lot. Enfin, sur les suintements du versant, on peut observer la Salicaire à feuilles d’hysope (Lythrum hyssopifolia).

La surface forestière assez grande permet, dans le sud de la zone, l’installation du Circaète Jean-le-Blanc et du Pic mar, qui trouvent localement des terrains de chasse et de nidification. Les zones sèches sont le milieu de vie de plusieurs espèces d’insectes patrimoniaux, dont un papillon protégé au niveau national, l’Azuré du serpolet (Maculinea arion). Le Damier de la succise (Euphydryas aurinia), également protégé, est quant à lui associé aux prairies humides et pelouses hygroclines hébergeant sa principale plante hôte, la Succise des prés. Le troisième est une sauterelle, la Decticelle des friches (Pholidoptera femorata), assez peu commune localement. Un dernier enjeu est à noter : la présence de la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii). C’est une libellule protégée nationalement et citée en annexe II de la directive « Habitats ». Elle a été trouvée en chasse sur les zones sèches, mais elle doit effectuer son cycle biologique dans le cours du Lot. Sa présence est intéressante, car cette cordulie est localisée au niveau régional, mais bien représentée dans le Lot.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF est centrée sur deux pechs qui regroupent les principaux intérêts naturalistes. Ces derniers accueillent les habitats et espèces d’affinités thermophiles. Au sud de la zone, les versants se prolongent dans les combes de Lunat et Duberte qui présentent les endroits les plus humides. Les limites périphériques respectent la localisation de ces enjeux en suivant tantôt des frontières artificielles (voiries, limites de parcelles...), tantôt les contours des habitats naturels.