Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030198
Causse sud de Bruniquel, basse vallée de la Vère et falaises de Combe Male

(n° régional : Z1PZ0105)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF d’une superficie avoisinant les 240 ha se situe au sud du village de Bruniquel, au sud-ouest de la confluence Vère/Aveyron. Elle subit une influence atlantique modérée plus ou moins marquée selon la multitude d’expositions que le site présente. La majeure partie comporte des terrains secondaires, le sommet étant sur terrain tertiaire molassique.

41 espèces déterminantes ont été recensées sur le site.

Une vingtaine d’espèces de flore déterminantes sont présentes sur le site parmi lesquelles plusieurs sont inscrites à la liste rouge régionale pour la zone de plaine : la Phalangère à fleurs de lys (Anthericum liliago), la Catananche bleue (Catananche caerulea), le Liseron des Cantabriques (Convolvulus cantabrica), la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), la Leuzée conifère (Leuzea conifera), le Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus), le Plantain toujours vert (Plantago sempervirens) et la Germandrée des montagnes (Teucrium montanum).

La Fritillaire pintade est également visée par la liste régionale des plantes protégées dans les départements de la Haute-Garonne, du Gers et du Tarn-et-Garonne. On trouve cette dernière sur les parties les plus fraîches et humides en bordure de la Vère. Les parties les plus sèches, quand elles sont ouvertes, hébergent la Catananche bleue, la Leuzée conifère ou l’Égilope ovale (Aegilops ovata), montrant les affinités méridionales de ce site. Dans les milieux plus fermés, on retrouve le Pistachier térébinthe, également d’affinité méridionale.

L’intérêt avifaunistique du site réside en la présence de 4 espèces nicheuses rares à l’échelle départementale.

La Fauvette pitchou et la Fauvette passerinette, toutes deux migratrices, présentent un intérêt tout à fait notable puisqu’il s’agit d’espèces nicheuses rares pour la région et le département. Leur présence est typique des milieux à influence méditerranéenne. Les individus nicheurs de Fauvette passerinette sont ici en marge de leur aire de répartition connue.

Les falaises de Combe Male sont occupées par 2 espèces confidentielles protégées au niveau national et inscrites à l’annexe I de la directive « Oiseaux », rares à l’échelle départementale mais en expansion ces dernières années. Le Faucon pèlerin arrive ici en limite sud-ouest du noyau de la population du Massif central. Il convient d’exclure tout dérangement sur les zones de reproduction en période de reproduction (mi-février à fin juin).

Le Grand-duc d’Europe entre ici en compétition avec le Faucon pèlerin, et le site peut être occupé alternativement par les deux espèces. Il convient d’exclure tout dérangement sur les zones de reproduction et d’aménager les pylônes électriques.

La présence du Lézard ocellé et de la Coronelle girondine, intégralement protégés en France, est tout à fait remarquable. Ce site fait partie des rares localités connues abritant ces reptiles dans le Tarn-et-Garonne ; il présente donc un intérêt notable.

Le Lézard ocellé est rare et localisé en Midi-Pyrénées. Une fermeture excessive des milieux sera préjudiciable à cette espèce liée aux habitats à végétation rase et présentant de nombreuses zones nues.

La Coronelle girondine est une espèce à affinité méditerranéenne. Elle est localisée et mal connue du fait de sa discrétion.

La population d’amphibiens est bien représentée et extrêmement diversifiée avec le cortège déterminant complet de 7 espèces. Toutes les espèces sont intégralement protégées par la loi française et, à l’exception de la Salamandre commune, toutes sont également visées par l’annexe IV de la directive européenne « Habitats-Faune-Flore ».

Cette diversité traduit bien la bonne qualité du milieu. Le site convient tout à fait aux exigences de ces espèces, car il présente à la fois des zones de reproduction (mares temporaires et points d’eau permanents), de nombreux abris et des zones boisées propices à l’hivernage. La présence de plusieurs espèces rares à peu communes dans le département est à noter : Triton marbré, Pélodyte ponctué et Grenouille agile.

Le Criquet des rocailles (Omocestus petraeus) a une répartition essentiellement méridionale, et ses populations sont localisées. Le manque de données rend son statut mal défini, mais ses exigences écologiques (habitats xériques) en font tout de même une espèce à faible répartition potentielle.

Le Gomphe à crochets (Onychogomphus uncatus) est une libellule liée aux zones à courant vif. Dans le département, cette libellule semble peu commune, elle est surtout notée dans la partie est. Des prospections complémentaires permettraient de préciser son statut sur la Vère.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre est principalement délimité par la route du Bastié à Brian du causse à l’ouest, la D964 puis la route qui mène à Saint-Pierre à l’est. Il intègre les zones vitales et les espaces abritant une grande variété d’espèces déterminantes de faune et de flore.