Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030199
Ensemble de grottes des Barthasses

(n° régional : Z1PZ0103)

Commentaires généraux

Le site s’étend sur un socle calcaire karstique, et fait partie du sud des causses du Quercy. Il se situe au sud-est de Bruniquel et à l’est de la vallée de la Vère. Il comprend essentiellement des versants couverts de chênes pubescents, de fruticées à buis, de fourrés et de pelouses sèches xérophiles. Les surfaces agricoles sont quasi inexistantes, ou simplement représentées par des pâtures sur pelouses sèches. Cette zone située à proximité des gorges de l’Aveyron est, comme toute la vallée, parsemée de nombreuses grottes qui lui apportent son principal intérêt : la richesse en chiroptères.

On observe une grande diversité et une grande richesse de la flore méditerranéenne (cortège du Chêne vert et grande diversité d’orchidées) sur l’ensemble de la vallée. Localement, les inventaires ne sont pas forcément exhaustifs, mais font ressortir les principaux enjeux avec les espèces phares suivantes : le Cardoncelle mou (Carduncellus mitissimus), le Liseron des Cantabriques (Convolvulus cantabrica), le Plantain toujours vert (Plantago sempervirens) ou encore la Sauge fausse verveine (Salvia verbenaca), typique des pelouses sèches relevant du Xerobromion. L’influence méditerranéenne est très marquée, mais les habitats pas forcément identifiés avec précision.

La diversité avifaunistique présente dans la vallée est représentée ici aussi, en particulier par les espèces rupestres. Les zones boisées sont des sites de nidification pour l’Aigle botté, qui utilise régulièrement les espaces ouverts, les landes et les zones rocheuses comme terrains de chasse.

Le site abrite aussi le Busard Saint-Martin pouvant nicher dans les landes ou les friches.

Concernant les chiroptères, on dénombre un minimum de 7 espèces relevant toutes de la directive « Habitats » et strictement protégées au niveau national. Les colonies se rencontrent en période d’hibernation. Les effectifs cumulés des grottes présentes donnent les effectifs suivants : Grand Rhinolophe (250 ind.), Petit Rhinolophe (50 ind.). En ce qui concerne le Rhinolophe euryale et le Minioptère de Schreibers (plus de 1 000 individus en mélange), de grosses colonies ont été observées en périodes de transit d’automne et de printemps. D’autres espèces sont également présentes aux différentes saisons.

La présence de nombreuses grottes dans ce périmètre est un atout pour le déplacement des colonies et les échanges, et servent de lieu de substitutions lors de trop grands dérangements.

Enfin, le périmètre de cette ZNIEFF tient compte des terrains potentiels de chasse des espèces en période de mise bas, afin de trouver rapidement les sites d’alimentation et d’abreuvage, ce qui prend encore plus d’intérêt lors de l’émancipation des jeunes.

Il est donc nécessaire de conserver une grande diversité de milieux.

De plus, de nombreuses « igues » restent encore à prospecter.

La pratique des activités de plein air (randonnée en particulier, spéléologie et sorties de centres de vacances) peut être la cause d’un certain dérangement en période critique (visite des cavités à chauves-souris ou dérangement des oiseaux pendant la nidification).

Commentaires sur la délimitation

Le site prend globalement en compte les zones de chasse et de nidification de 2 rapaces diurnes, ainsi que la présence de nombreuses grottes favorables à la reproduction et à l’hibernation de nombreuses espèces de chauves-souris.