Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030229
Vallon de Saint-Julien-de-la-Motte

(n° régional : Z1PZ0031)

Commentaires généraux

La forêt occupe une grande partie de la surface, mais ces forêts ne possèdent pas un manteau homogène. Cela est particulièrement visible sur les versants méridionaux. En effet, les pelouses sèches restent présentes à la faveur des contraintes du milieu : sur les parties sommitales au sol écorché, et les parties les plus raides de ces penchants, rochers et falaises permettent l’établissement d’une végétation xérophile. Parmi les buissons qui ceinturent ces zones pelées, on découvre une des seules stations de Jasmin jaune (Jasminum fruticans) de l’ouest du département.

Sur les versants opposés, plus frais, le manteau forestier de charmes et de chênes est également rompu par diverses trouées consécutives aux versants abrupts, falaises, sols marneux et arbres morts. Moins visibles, plus sombres, les falaises de ces pentes présentent des caractéristiques singulières ; peu de vallons du secteur présentent des parois suintantes et couvertes de mousses et de fougères.

Les vallons ou reculées qui coupent ce penchant offrent des expositions nuancées, favorables à une composition complexe d’habitats.

L’eau est très répandue : mares, abreuvoirs, suintements, falaises humides.

Les prairies, de fauche ou de pâture, qui s’établissent dans les niveaux inférieurs du vallon sont marquées par cette humidité régulière ou épisodique. C’est dans l’une de ces prairies que l’on peut découvrir l’Orchis de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii), orchidée très rare dans le département.

Il faut souligner, surtout, que ce territoire héberge quelques espèces remarquables : l’Anémone œil-de-paon (Anemone pavonina), seule station connue du département, et la Tulipe d’Agen (Tulipa agenensis), aux stations très morcelées et réduites.

Au total, nous avons là un espace qui s’établit comme une zone refuge, avec des milieux isolés, originaux et des espèces emblématiques. Sa proximité avec le département voisin et des zones périphériques départementales retenues pour leur valeur naturelle lui confère aussi un rôle comme milieu de transition.

Commentaires sur la délimitation

L’ensemble du site proposé se situe dans un vallon ceinturé de versants plus ou moins raides.

Ces versants aux expositions opposées favorisent la présence d’habitats contrastés.

Cette zone est marquée par une importante humidité locale. Par conséquent, certains des milieux présentent des faciès peu répandus dans ce secteur départemental, notamment certaines prairies et falaises.

L’ensemble apparaît comme une zone « naturelle » épargnée, si on considère l’impact de l’agriculture intensive et l’urbanisme qui marquent les territoires périphériques.