Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030314
Bois de Leyme

(n° régional : Z1PZ0278)

Commentaires généraux

Le bois de Leyme est une zone boisée de 200 ha insérée dans un paysage agricole composé de prairies et de champs bordés par des haies d’arbres feuillus. Il est constitué d’une faune caractéristique des milieux forestiers matures. On y trouve le Pic mar, espèce d’oiseau qui recherche les vieux chênes matures de gros volume. L’effort d’échantillonnage mené par les entomologistes sur le site depuis 1990 a permis la description d’un riche cortège d’espèces de coléoptères saproxyliques typique des milieux forestiers. On trouve des espèces typiques des bois en décomposition cariés plus ou moins exigeantes comme l’hister Abraeus granulum, associé aux gros volumes de Hêtre principalement, le lucane Aesalus scaraboïdes, associé aux gros bois cariés humides, le prostomis Prostomis mandibularis aux caries rouges sèches, ou encore le mélandryde Dircaea australis. Notons également la présence du cléride Opilo molis, qui se développe dans la carie et a un comportement de prédateur une fois adulte, ou encore du zophoride Pycnomerus terebrans, qui se développe dans les bois cariés aux dépens des fourmis du genre Lasius. La présence d’espèces mangeuses de champignons traduit également la maturité du site. Par exemple, le ténébrion Bolitophagus reticulatus et le mycétophage Triphyllus bicolor se développent dans les carpophores des champignons présents sur les vieux arbres dépérissants ou morts. Le tétratomide Tetratoma fungorum se développe quant à lui aux dépens de champignons sous-corticaux. Sous les écorces de gros bois, on trouve également des prédateurs : le bothridéride Teredus cylindricus et le colydiide Colobicus marginatus. Un ensemble d’espèces typiques du bois mort est présent, à savoir les eucnémides Dirhagus Lepidus, Dirhagus pygmaeus et Isorhipis melasoides. On trouve également l’anthribide Dissoleucas niveirostris, qui se développe dans les branches mortes. Des espèces typiques des souches comme le Prione tanneur (Prionus coriarius) ou l’anthribide Platyrhinus resinosus sont également présentes. Il est important de préciser que certaines de ces espèces ont été trouvées dans les cavités de vieux chênes isolés, comme le taupin Ampedus nigerrimus ou le lucane Aesalus scaraboides. Ces cavités, qui sont l’un des habitats des vieux arbres les plus évolués, permettent l’accueil de nombreuses espèces d’insectes, mais aussi d’oiseaux et de mammifères, par la diversité qui les compose.

La diversité des espèces recensées et des habitats qu’elles représentent montre que le milieu forestier du bois de Leyme est un milieu mature dans un bon état de conservation, avec des processus biologiques dynamiques. L’intérêt du site est donc très important dans des paysages qui ont tendance à se fragmenter de plus en plus, entraînant la disparition des vieux arbres indispensables à la faune décrite ci-dessus.

Commentaires sur la délimitation

Le contour de la ZNIEFF suit ceux de l’état boisé où ont été recensées les espèces de coléoptères remarquables du site.