Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030341
Zones humides des ruisseaux de l´Ombre et de Veyrole

(n° régional : Z1PZ0305)

Commentaires généraux

Ce site est principalement composé de milieux ouverts, quelquefois fauchés, mais surtout pâturés par des bovins. La richesse de ce site est essentiellement liée à la présence d’habitats humides. En effet, pratiquement 50 % du zonage est concerné par des milieux humides : mégaphorbiaies, prairies humides eutrophes à joncs et agrostides, prairies humides acides oligotrophes à Molinie bleue (Molinia caerulea), boisements rivulaires et bas-marais acides. Un peuplement végétal composé de Carex (Laîche) est d’intérêt patrimonial pour la région Midi-Pyrénées : il s’agit de la cariçaie à Laîche paniculée (Carex paniculata), qui forme localement des « touradons ». Ce terme désigne une structure végétale en mottes arrondies (touffes) qui résulte de la persistance, au cours des années, de la souche et des feuilles basales sèches de certaines plantes herbacées cespiteuses. Présence notable de quelques secteurs paratourbeux à sphaignes, mousses à fort pouvoir absorbant caractérisant les tourbières. Les ronciers, les landes à fougères, les pâtures mésophiles et les prairies amendées (souvent établies sur d’anciennes prairies humides) contribuent aussi à la diversité du site.

9 plantes d’intérêt patrimonial, toutes liées aux zones humides, ont été recensées ici. Citons ainsi le Mouron délicat (Anagallis tenella), le Carvi verticillé (Carum verticillatum), la Violette des marais (Viola palustris), l’Écuelle d’eau (Hydrocotyle vulgaris), le Comaret (Potentilla palustris), la Petite Scutellaire (Scutellaria minor), la Valériane dioïque (Valeriana dioica) et la Campanille à feuilles de lierre (Wahlenbergia hederacea). Peu de données sont disponibles sur la faune du site. Présence toutefois du remarquable Lézard vivipare, espèce protégée en France et seulement observée en altitude en Midi-Pyrénées et en quelques secteurs du Ségala lotois. Des espèces typiques des zones humides sont présentes sur cette zone, comme le Criquet ensanglanté (Stetophyma grossum), le Criquet des roseaux (Mecostethus parapleurus) et le Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula), orthoptères en raréfaction en France, mais qui restent relativement communs dans le Ségala lotois. Ils souffrent cependant du drainage, qui est de plus en plus pratiqué sur ce territoire.

Outre ses fonctions d’habitats pour les populations animales et/ou végétales, ce site possède des fonctions de régulation hydraulique (soutien naturel d’étiage, auto-épuration des eaux, zone d’expansion naturelle des crues). De par la bonne qualité du cours d’eau, la présence de nombreux milieux naturels et d’espèces patrimoniales et de par les fonctions de régulation hydraulique, ce site mérite amplement sa désignation en ZNIEFF en jouant notamment un rôle majeur dans la préservation de divers espèces/habitats rares à extrêmement rares pour la région Midi-Pyrénées.

Commentaires sur la délimitation

Délimitation de la ZNIEFF aux zones humides du lit majeur des ruisseaux de l’Ombre et Veyrole ainsi que de leurs affluents. Les milieux humides sont localisés entre les lieux-dits « le Redouillet » et « la Cagne « (commune de Bessonies) en amont, et «Estaliou » (commune de Saint-Hilaire) en aval. Ces zones humides font partie du chevelu hydrographique du Veyre, bassin versant du Célé.