Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730030353
Landes et bocages du ruisseau de Banchet

(n° régional : Z2PZ0010)

Commentaires généraux

Le site de landes et de bocages surplombant et entourant le Banchet est disposé sur le flanc nord-ouest du plateau de Lannemezan. Il concerne le vallon formé par ce ruisseau, ainsi que les pentes parfois assez fortes qui donnent dessus et comprennent des sources formant de petits épanchements tourbeux (bas-marais acides). Le climat est ici humide avec une exposition à l’ouest et au nord qui soumet le site aux précipitations.

Les sols sont constitués de cailloutis du plateau de Lannemezan, galets disposés dans une masse argileuse. Ils sont assez imperméables et permettent la concentration des précipitations arrivant sur le plateau surplombant.

Les habitats se répartissent en trois groupes :

- milieu forestier, avec la chênaie atlantique acide (la présence du hêtre est possible), dont quelques parties avec de vieux arbres, la châtaigneraie et l’aulnaie longeant la rivière ;

- landes, avec une dominance de landes relativement sèches à Ajonc nain (Ulex minor) et Avoine de Thore (Pseudarrhenatherum longifolium), et, dans les talwegs sur la pente, quelques ensembles plus humides à Molinie bleue (Molinia caerulea) et à Bruyère à quatre angles (Erica tetralix), de taille plus petite, pouvant localement faire transition vers des bas-marais acides où quelques sphaignes créent une rétention d’eau ; on peut y rencontrer le Potamot à feuilles de renouée (Potamogeton polygonifolius) ;

- prairies bocagères dédiées à la fauche et au pâturage, qui sont des unités soit humides de bord de rivière, soit plus mésophiles situées plus haut, sur les pentes au sud et à l’est.

L’intérêt des groupements de landes, en limite d’aire au nord du plateau, est important, d’autant que les surfaces couvertes sont assez conséquentes et leur état de conservation encore bon. La pente les protège des interventions mécaniques, et le pâturage extensif bovin les entretient. Prairies et boisements mériteraient des recherches plus approfondies.

Le site est intéressant par la présence d’un cortège assez complet d’espèces végétales liées aux landes et aux bas-marais, avec notamment la Petite scutellaire (Scutellaria minor), le Potamot à feuilles de renouée (Potamogeton polygonifolius), l’Avoine de Thore, la Thuie ou Ajonc nain, espèce non déterminante en plaine, la Bruyère à quatre angles, le Millepertuis des marais (Hypericum elodes), protégé en région Midi-Pyrénées, ou la Violette des marais (Viola palustris). La présence d’une faune associée typique (papillons et oiseaux) est très probable et mériterait d’être étudiée.

Le ruisseau offre des conditions propices à la Loutre, qui colonise cette partie de la région depuis peu et a été observée en 2006 et 2007 à proximité du site, sur des bassins versants voisins.

Les parties boisées comprenant de vieux chênes offrent un habitat intéressant aux insectes saproxyliques notamment.

Ce site présente un attrait supplémentaire du fait de son paysage traditionnel constitué d’habitats riches, complémentaires et des espèces associées qu’ils recèlent.

Commentaires sur la délimitation

La délimitation du site a été réalisée sur la base de l’agencement des landes atlantiques et des milieux présentant un intérêt patrimonial qui les entourent : au nord et au sud, milieux boisés ; en bas de versant, petite rivière, boisement et prairies humides attenantes ; en amont, prairies rejoignant le plateau aux cultures plus intensives.