Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 740002778
LANDES DU MONT GARGAN

(n° régional : 87000046)

Commentaires généraux

Le Mont Gargan avec ses 731 m est un des points culminants de la Haute-Vienne. Au sommet de cette "grosse" colline on découvre un vaste panorama d'où l'on devine vers l'est et par temps clair la chaîne des Puys et les Monts du Cantal. Le sommet est occupé principalement par une pelouse acidiphile et des landes à bruyère. Par place sur le versant nord à la faveur de quelques suintements on peut découvrir une flore hygrophile et turficole.

Au plan botanique, le site est connu depuis très longtemps pour ces landes à bruyères qui disparaissent peu à peu sous les arbustes à forte dynamique comme la bourdaine par exemple.

Au plan botanique, plusieurs espèces méritent d'être signalées :

Cystopteris fragilis : fougère d'affinité montagnarde, protégée en Limousin, elle est à rechercher sur les rochers siliceux et ombragés.

Oreopteris limbosperma : fougère protégée en Haute-Vienne, qui affectionne les lieux humides et frais de l'étage montagnard.

Phegopteris connectilis : fougère protégée qui fréquente les couverts forestiers frais et humides. L'espèce est protégée en Haute-Vienne.

Arnica montana : espèce de la famille des Astéracées qui l'on trouve dans les prairies maigres et landes acidiphiles. C'est également une espèce d'affinité montagnarde.

Narthecium ossifragum : espèce peu commune à répartition plutôt atlantique qui affectionne les milieux tourbeux. L'espèce est présente dans les microtourbières du versant nord du Mont Gargan.

Au plan faunistique, on retrouve au moins chez les invertébrés des espèces à affinité montagnarde comme le Moiré des fétuques (Erebia meolans). Chez les vertébrés, c'est parmi les oiseaux qu'il faut rechercher les éléments les plus intéressants comme l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus caprimulgus) ou le Busard St-Martin (Circus cyaneus). Ces deux espèces sont particulièrement dépendantes des zones ouvertes et relativement calmes.

Signalons une espèce de plantes rare et non revue depuis plus de 10 ans sur le site : le Lycopode à massues (Lycopodium clavatum, protégé en Limousin). L'enfrichement du site serait responsable de sa disparition. Il se peut que la plante persiste encore sur le site car les prospections dans les anciennes landes enfrichées ne sont guère aisées.

Commentaires sur la délimitation

Zone considérablement réduite par rapport au périmètre de 1989 en raison de la progression des friches et donc de la disparition des landes sèches qui constituaient l'intérêt majeur du site du point de vu écologique. Seules les zones de landes ont été conservées.