Logos SINP

ZNIEFF 820002648
GORGES DE LA LOIRE A L’AMONT DE LA PLAINE DU FOREZ

(n° régional : 4212)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

Descendu du massif du Mézenc, la Loire s’enfonce bientôt dans une série de gorges encaissées, à l’amont puis à l’aval du bassin du Puy.

A son entrée dans le département de la Loire, elle parcourt un dernier secteur encaissé avant de déboucher dans la plaine du Forez.

Le paysage est ici dominé par des landes tapissant des versants abrupts. Quelques fonds de vallons sont couverts par une forêt maigre au sein de laquelle domine le Pin sylvestre.

L'intérêt naturaliste des lieux réside surtout dans la variété et l'abondance des populations de rapaces diurnes et nocturnes (Autour des palombes, Circaète Jean-le-Blanc, Faucon pèlerin, Grand-Duc d’Europe, Milan noir et royal...).

Les pentes sèches sont également favorables à l'installation de quelques passereaux souvent d'origine méditerranéenne (Bruant fou, Fauvette orphée, Fauvette pitchou…) qui cohabitent avec d’autres espèces à tempérament nettement montagnard ou forestier. La flore est également marquée par la remontée d’espèces méridionales ; entre autres, la présence de l’Asarine couchée est particulièrement remarquable, s’agissant d’une plante endémique dont l’aire de répartition est circonscrite entre la Catalogne et le Forez.

L’ensemble est par ailleurs répertorié parmi les principales zones humides fluviales du bassin hydrographique Loire-Bretagne, et inventorié au titre des Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO).

Le zonage de type II souligne les multiples interactions existant au sein de cet ensemble, dont les espaces les plus représentatifs en terme d’habitats ou d’espèces remarquables sont retranscrits à travers une forte proportion de ZNIEFF de type I (gorges, landes et prairies…).

Il traduit également particulièrement les fonctionnalités naturelles liées à la préservation des populations animales ou végétales, en tant que zone de passages et d’échanges entre le fleuve et les réseaux affluents pour ce qui concerne la faune piscicole, zone de stationnement pour l’avifaune, zone d’alimentation ou de reproduction pour de nombreuses espèces, dont celles précédemment citées.

L’ensemble présente par ailleurs un grand intérêt paysager (il est cité comme exceptionnel dans l’inventaire régional des paysages), géomorphologique et historique.

Située à proximité immédiate de l'agglomération stéphanoise, cette zone naturelle exerce en outre une fonction majeure d’accueil du public, qu’il convient de concilier avec la préservation de milieux naturels riches et typés.