Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820002685
HAUT BASSIN DE LA LOIRE ET PLATEAU ARDECHOIS

(n° régional : 0706)

Commentaires généraux

Le Velay oriental est fortement marqué par les traces d’un volcanisme caractérisé par la nature particulière de ses laves, essentiellement alcalines, et les cicatrices d’épisodes explosifs (Suc de Bauzon, Lac d’Issarlès ou Vestide du Pal, cette dépression correspondant au plus vaste « maar » d’exploision européen…).

Au sud-ouest du massif du Mézenc, marqué par un climat un peu moins rigoureux et froid que ce dernier, cet ensemble naturel associe des milieux très contrastés.

De nombreuses tourbières (abritant des plantes aussi remarquables que la Ligulaire de Sibérie) parsèment les hauts bassins versants de cours d'eau de grande qualité, parmi lesquels la Loire. Le Schéma Directeur d’Aménagement et de gestion des Eaux du bassin Rhône-Méditerranée-Corse (SDAGE) souligne tout particulièrement l’intérêt de ce secteur en tant que biotope de la Loutre.

La richesse de ce patrimoine biologique est retranscrite par de nombreuses zones de type I, délimitant les espaces abritant les habitats ou les espèces les plus remarquables, et souvent fortement interdépendantes en terme de fonctionnement (zones humides en particulier, dont les tourbières localement baptisées « narces », cours d’eau…).

Le zonage de type II, outre l’importance de ces corrélations, souligne particulièrement les fonctionnalités naturelles liées :

- à la préservation des populations animales ou végétales, en tant que zone de passages et zone d’échanges entre les deux bassins hydrographiques pour certaines espèces liées aux milieux humides (telles que la Loutre), zone d’alimentation ou de reproduction (en particulier pour des poissons tels que le Chabot, des crustacés parmi lesquels l’Ecrevisse à pattes blanches, de nombreux insectes (notamment parmi les libellules –bien représentés ici, avec certaines espèces à répartition méridionale comme l’Agrion blanchâtre - et les papillons inféodés aux zones humides), des oiseaux parmi lesquels le Milan royal, des batraciens tels que le crapaud Sonneur à ventre jaune ;

- au régime hydraulique en ce qui concerne les zones humides, dont des tourbières (expansion naturelle des crues, ralentissement du ruissellement, soutien naturel d’étiage, auto-épuration des eaux).

Ce zonage traduit également la sensibilité d’un haut bassin versant riche en sources, qui alimente un ensemble de zones humides et de cours d’eau abritant des espèces remarquables dont certaines très sensibles (Loutre, Ecrevisse à pattes blanches, Ombre commun…), et appartenant au bassin de la Loire comme à celui du Rhône.

Il s’agit également d’une unité paysagère remarquable, qui présente également un intérêt géomorphologique majeur (témoins du volcanisme explosif).

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible