Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820030698
Tourbière de Colliard

(n° régional : 01130006)

Commentaires généraux

Le Bugey, situé sur le côté est du département de l'Ain, constitue la partie méridionale du massif du Jura. Les précipitations sont particulièrement abondantes dans cette région puisqu'on relève souvent plus de 1500 mm sur l'année. Le substrat calcaire date du secondaire et a été soulevé au tertiaire, préfigurant les reliefs actuels. La combe de Léchaud, entre la cluse de Nantua et le plateau d'Hauteville, est un synclinal résultant de ces soulèvements géologiques. L'abondance des précipitations a favorisé l'installation, sur les replats, de plusieurs tourbières. Celles-ci occupent au total près de 10 % de la surface de la combe. Surplombant directement la cluse de Nantua, la tourbière de Colliard est entourée de deux routes départementales. La partie nord de la tourbière, face au col de Colliard, est composée d'un "haut-marais" à sphaignes peu arboré, alors que le centre a été conquis par une boulaie sur sphaignes mélangée d'épicéas, se transformant progressivement en pessière vers le sud. Ainsi une grande partie de la tourbière s'est isolée du substrat calcaire et a pu développer un milieu acide. Seule la frange est de la tourbière, plus exposée aux eaux de ruissellement des versants, est composée d'une cariçaie (formation végétale dominée par les laîches) d'affinité alcaline. Les milieux ouverts sont intéressants pour leur flore et les plantes rares s'y partagent le territoire : le Scirpe de Hudson investit les "gouilles" en tourbière acide, alors que la Swertie vivace se limite aux secteurs plus alcalins. La flore présente également un grand intérêt dans la partie boisée du site, en particulier à la faveur d'une petite clairière au centre de la boulaie. Plusieurs espèces rares se sont installées là : la Linaigrette vaginée aux pompons blancs bien visibles, et la Canneberge, petite plante rampante inféodée aux tourbières, très rare en région Rhône-Alpes et toujours discrète. La faune se concentre pour sa part plutôt en milieu forestier. Le Triton alpestre y trouve les milieux qui lui sont indispensables : mares en période de reproduction, forêt pour la vie estivale, souches pour l'hivernage, le tout dans un contexte humide en permanence. Les oiseaux forestiers trouvent également un milieu à leur convenance, leur territoire s'étendant souvent sur les forêts périphériques. On trouve ainsi plusieurs espèces installant leur nid dans les cavités des arbres : Mésange noire, Mésange huppée, Pic épeiche ; ou sur les hautes branches : Pouillot véloce, Pinson des arbres, Grive musicienne.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible