Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820030862
Rivière de l'Ardières

(n° régional : 01010008)

Commentaires généraux

Il s'agit du tronçon aval de la rivière Ardières. On y trouve une faune intéressante avec des espèces sensibles à la qualité du milieu, tel le Martin-pêcheur d'Europe. On peut y observer également la Bouvière, petit poisson au corps haut et comprimé, de cinq à six centimètres de long, sans intérêt gastronomique, mais dont le cycle de reproduction présente un cas célèbre de commensalisme avec une moule d'eau douce : l’Anodonte. Au moment de la reproduction, la femelle pond ses œufs à l’intérieur de l’anodonte grâce à un tube de ponte. Le mâle, ensuite, arrose le tout de sa laitance qui sera alors aspirée par le courant d’eau créé par le mollusque pour filtrer l’eau et se nourrir. Les œufs sont, alors, fécondés et l’anodonte joue le rôle de nurserie sans en souffrir d’aucune manière. En aquarium, on a montré que le tube de ponte de la femelle et la livrée nuptiale du mâle n’apparaissaient qu’en présence dans le même milieu de cette moule. On remarque la présence remarquable de trois espèces de libellules : le Gomphe très commun, l’Aeshne paisible et enfin l’Agrion de Mercure. Si les deux premières peuvent supporter de légères pollutions organiques, l’Agrion de Mercure y est par contre très sensible et ne peut tolérer aucune modification de son habitat. Une flore rare subsiste aussi le long de l'Ardières. C'est le cas deux grandes plantes à fleurs, le Séneçon des marais et le Butome en ombelle, qui peuvent atteindre plus d'un mètre de haut. La première, composée aux capitules de fleurs jaunes, apprécie les prairies marécageuses. Le Butome en ombelle, quant à lui, aime avoir les pieds dans l'eau. Cette plante, qui porte aussi le nom de Jonc fleuri, nom qui fait référence à son port, possède des fleurs de couleur rosée groupées en ombelle.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible