ZNIEFF 820031021
Vallon de l’Argentière

(n° régional : 07030001)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

Le vallon de Largentière est, comme ses homologues de la côte du Rhône ardéchoise, fortement encaissé. Restés sauvages, ils abritent une faune et une flore riches et variées, en partie marquées par l'influence méditerranéenne. Le Merle bleu, en particulier, parvient là en limite septentrionale de son aire de répartition géographique. Le ruisseau de Largentière est un cours d'eau intermittent. On y rencontre un certain nombre d'amphibiens dont le Crapaud calamite et la Grenouille agile. Il rejoint la Goule en amont de gorges creusées dans la roche calcaire. Des grottes y abritent pas moins de huit espèces de chauves-souris. Pour certaines, elles constituent leurs quartiers d'hiver, pour d'autres, leurs gîtes d'été. A la tombée du jour, le Hibou grand-duc et l'Engoulevent d'Europe s'animent. Le premier, sédentaire, chasse au crépuscule et à l'aube de petits mammifères et oiseaux. L'engoulevent se nourrit, quant à lui, d'insectes. Il est présent, en France, d’avril à septembre. Pendant la journée, d'autres oiseaux peuvent être vus ou entendus. Les milieux bien exposés, chauds et ouverts sont occupés notamment par des bruants (Bruant ortolan, Bruant proyer), la Pie-grièche écorcheur, ou encore le Pipit rousseline. Le Guêpier d'Europe peut aussi y être aperçu d'avril à septembre. Ce bel oiseau coloré niche en colonie. Il creuse son nid dans le sable ou la terre meuble d'un talus. Près de quatre-vingt terriers ont été dénombrés ici.