Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820031795
FORET DE PLANBOIS ET BASSIN VERSANT DU FORON

(n° régional : 7403)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

La délimitation de ce secteur de piémont, en rive méridionale du lac Léman, prend en compte tout à la fois le bassin versant du Foron et de l’ensemble de ses petits affluents, ainsi que l’ensemble de la forêt de Planbois.

Celle-ci (la plus vaste forêt de plaine du département de Haute-Savoie) est peuplée de feuillus, ou de Pin sylvestre dans les secteurs marneux.

La zone intègre les précieuses reliques de zones humides lacustres du fond du Golfe de Coudrée, à l’embouchure du Foron.

Cet ensemble présente un grand intérêt biologique.

C’est vrai en ce qui concerne les types d’habitats naturels représentés (« bas-marais » alcalins…), la flore (notamment celle inféodée aux zones humides : Dactylorhyze de Traunsteiner, Orchis jaune pâle, Œillet superbe, Gentiane pneumonanthe, Glaïeul des marais, Liparis de Loesel…), mais aussi la faune (Castor d’Europe, Cerf élaphe, Harle bièvre, fauvettes paludicoles, crapaud Sonneur à ventre jaune, libellules et papillons des marais…).

Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhône-Méditerranée-Corse identifie en outre, à l’échelle du bassin, le Lac Léman et la Basse Dranse parmi les milieux aquatiques remarquables au fonctionnement altéré. Il souligne en particulier l’importance de la qualité des cours d’eau tributaires du lac dans le maintien des stocks de la Truite lacustre, forme géante migratrice.

Les zones humides et les secteurs forestiers les plus remarquables sont par ailleurs identifiées en ZNIEFF de type I (anciennes dunes littorales lacustres, forêt, ruisseaux…).

Le zonage de type II souligne la sensibilité particulière de ce bassin en rapport avec la conservation d’espèces remarquables tributaires de la qualité du milieu. C’est particulièrement vrai pour les ruisseaux constituant des frayères pour la Truite de lac, ou abritant encore des populations d’Ecrevisse à pattes blanches. Cette écrevisse indigène est devenue rare dans la région, tout spécialement à l’est de la vallée du Rhône.

Il traduit également diverses fonctionnalités naturelles :

- celles de nature hydraulique (auto-épuration des eaux et protection de la ressource en eau),

- celles liées à la préservation des populations animales ou végétales, en tant que corridor fluviatile et corridor biologique entre les massifs du Chablais et le littoral lémanique, ou que zone d’alimentation ou de reproduction pour de nombreuses espèces, dont celles précédemment citées.

Il présente par ailleurs un intérêt paysager, pédagogique et récréatif, ainsi que géomorphologique (présence de blocs erratiques glaciaires) au cœur d’une région soumise à une intense pression foncière, à mi-distance des agglomérations de Genève-Annemasse et de Thonon les Bains.