Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820031920
Vallée de la Bonne et du Drac

(n° régional : 38280001)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

Le versant sud de la vallée de la Bonné et du Drac présente des conditions de sécheresse et de chaleur qui ont favorisé le maintien de pelouses sèches d’affinité steppique, milieu remarquable possédant un riche cortège de plantes et d'animaux. Des plantes telles que le Laser de France, la Marguerite de la Saint-Michel, le Micropus dressé, le Liondent crépu et la Stipe pennée (ou "Marabout") ont su s’adapter à la pauvreté du sol et surtout aux conditions extrêmes de chaleur et de sécheresse des pelouses sèches en développant une pilosité importante ou un fort enracinement. Les formations herbeuses que constituent les prairies sèches semi-naturelles sont ici caractérisées par leur richesse en orchidées. Elles font partie des milieux rares en France et en Isère qui justifient d'être conservés voire restaurés. L’Orchis punaise est une espèce qui fleurit d'avril à juin dans les prairies fraîches. Elle est très menacée et en régression généralisée en France, où elle est devenue rare et a souvent disparu dans de nombreuses régions. L’Epipactis à petites feuilles est une orchidée difficile à entrevoir dans les boisements ouverts. On rencontre aussi l’Ophrys abeille. Le labelle (partie inférieure de la fleur) de par sa forme en particulier semble faire fonction de leurre pour les abeilles. L'insecte assure ainsi le transport du pollen d'une fleur à l'autre, et donc la pollinisation de la fleur. Les orchidées de manière générale ont de très petites graines. Leur germination nécessite la présence d'un champignon. Ce champignon doit être présent dans le sol pour que l'orchidée devienne plantule. Il n'est, en effet, pas transporté par la graine. L'association entre les racines de l'orchidée et le champignon, appelée mycorhize, ne persiste pas forcément chez la plante adulte, et bien souvent, cette symbiose mycorhizienne ne joue que très peu de rôle chez les orchidées chlorophylliennes. Ces pelouses présentent de plus un grand attrait pour les papillons de jour. Parmi eux, l’Azuré du Serpolet est inféodé au Thym serpolet ; en effet, il y pond ses œufs et la chenille s’y développe ensuite. Le Bleu nacré d’Espagne, papillon relativement bien représenté en région méditerranéenne, a comme plante-hôte la Coronille émérus sur terrain calcaire. On l’observe dans les pelouses sèches jusqu’à 1000 m d’altitude. Enfin, des rapaces tels que l’Aigle royal, le Grand-duc d’Europe ou le Faucon pèlerin, ou encore des chauve-souris (avec un gîte de Minioptère de Schreibers) voient dans cette mosaïque de milieux naturels un territoire de chasse idéal.